Montréal

La CMM s’oppose à la gratuité du transport en commun le lendemain de tempêtes de neige

La CMM s’oppose à la gratuité du transport en commun le lendemain de tempêtes de neige
Photo: Archives Métro

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) ne juge «pas pertinente» la proposition de rendre le transport en commun gratuit le lendemain des tempêtes de neige de 20 cm ou plus.

«Une telle mesure ne permettrait ni d’assurer la sécurité des usagers de la route durant les tempêtes hivernales, ni de favoriser un transfert modal vers le transport actif», tranche la CMM dans un rapport publié mercredi. Cette dernière représente les 82 municipalités du Grand Montréal.

Cette proposition a été mise de l’avant par le parti d’opposition Ensemble Montréal dans une motion présentée en février dernier. Celle-ci demandait à la Ville de mandater l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) afin qu’elle se penche sur cette possibilité.

L’administration de Valérie Plante a plutôt fait adopter une résolution afin de demander d’abord à la CMM d’étudier cette proposition.

«C’est sûr qu’un des plus grands mandats qu’a notre administration, c’est d’accroître le transfert modal et l’utilisation du transport en commun. C’est une proposition qui mérite sans doute une petite étude», avait alors déclaré le vice-président de la Société de transport de Montréal (STM) et élu de Projet Montréal, Craig Sauvé.

Sécurité routière

Dans sa motion, Ensemble Montréal affirme qu’offrir l’accès gratuit au réseau du métro et aux autobus de la STM le lendemain des jours de tempête majeures augmenterait la sécurité routière.

Or, selon la CMM, la mise en place d’une telle mesure ne permettrait pas «l’atteinte de l’objectif de diminution des risques d’accidents routiers». L’organisme mentionne à cet effet une étude réalisée par des chercheurs américains en 2005.

Celle-ci démontre que «les conditions routières sont plus dangereuses lors des précipitations de neige inférieures à 5 cm». Cette situation s’explique par le fait que les conducteurs ont tendance à conduire plus prudemment pendant les chutes de neige de plus grande importance, souligne le rapport. 

«De manière générale, on observe plus d’accidents de la route la journée d’une chute de neige qu’au lendemain de celle-ci», note par ailleurs la CMM.

Congestion routière

La CMM remet également en question la possibilité qu’une telle mesure incite des automobilistes à opter pour le transport en commun.

«Le temps de parcours et le niveau de confort sont généralement reconnus comme les incitatifs les plus importants à l’utilisation d’un mode de transport», souligne la CMM. Il est donc à parier que les automobilistes ne délaisseront pas leur voiture pour prendre le métro «même en cas de tempête», ajoute-t-on.

Une proposition coûteuse

Selon Ensemble Montréal, une telle proposition engendrerait un manque à gagner de 580 000$ pour la STM chaque jour où elle serait appliquée.

Or, la CMM arrive plutôt à une facture de 840 000$ en perte en raison des titres de transport remis gratuitement au lieu d’être vendus pendant cette journée.

La CMM recommande donc à l’ARTM de «ne pas donner suite à la mesure», celle-ci n’étant «pas pertinente dans le contexte actuel de la mobilité dans la région métropolitane de Montréal».

Appelé à réagir, Ensemble Montréal s’est fait avare de commentaires.

«Notre équipe s’affaire à analyser le rapport en question. Nous ne le commenterons pas pour l’instant», a déclaré l’attaché de presse du cabinet de l’opposition officielle, Marc-Antoine Audette.

L’ARTM n’a pas voulu commenter.