Montréal
18:05 23 octobre 2019

Des groupes montréalais dénoncent le «racisme» du Bloc québécois et de la CAQ

Des groupes montréalais dénoncent le «racisme» du Bloc québécois et de la CAQ
Photo: Josie Desmarais / MétroDes groupes anti-racisme préparent une manifestation pour le 27 octobre 2019.

Le gouvernement de la CAQ et la montée du Bloc québécois ont libéré le racisme dans l’espace public, estiment des groupes montréalais travaillant sur le racisme au Québec.

«On a vu que la campagne du Bloc québécois a repris essentiellement le même discours que la CAQ. Le discours un peu xénophobe et islamophobe commence à être normalisé au Québec et en politique canadienne» déplore Rémy Poulin, de Solidarité sans frontières, lors d’une conférence de presse annonçant la tenue prochaine d’une manifestation sur le racisme à Montréal. Il estime que le Bloc québécois a misé sur un nationalisme ethnocentriste par lequel les Québécois ne sont que des personnes blanches.

Faisant allusion aux commentaires de la candidate bloquiste, Caroline Desbiens, maintenant élue, Safa Chebbi, du réseau Alternatives, se montre craintive. «Ce qui est problématique c’est qu’avoir des propos racistes avec un pouvoir politique va donner des conséquences politiques sur la vie des personnes racisées, et c’est vraiment dangereux» déplore-t-elle.

Le Bloc donne confiance à la CAQ

La vice-présidente de la Fédération des femmes du Québec, Marlihan Lopez, déplore aussi les politiques de division menées par la loi 21 de la Coalition avenir Québec. «Au moins le gouvernement caquiste ne cache pas son agenda discriminatoire», lance-t-elle. Mostafa Henawa du Centre des travailleurs migrants, craint, quant à lui, que la popularité du Bloc québécois ne donne «davantage confiance à la CAQ pour qu’ils continuent de promouvoir des politiques de division».

Concernant la place de loi 21 dans la campagne électorale, Mme Lopez estime que les chefs de partis ont manqué de volonté politique. Elle croit que les chefs progressistes avaient peur de perdre des votes en s’attaquant concrètement à la discrimination qui sévit au Québec.

À la suite des élections fédérales de lundi, la Fédération des femmes du Québec demande au gouvernement Trudeau d’être plus clair dans sa démarche antiraciste. «Il faut s’y attaquer de manière plus concrète et globale, au-delà des déclarations» fait valoir la vice-présidente.

Les organismes tiendront une manifestation contre le racisme dans Parc Extension, ce dimanche.

Le Bloc québécois n’avait pas répondu à notre demande d’entrevue au moment d’écrire ces lignes.