Montréal
05:00 29 novembre 2019 | mise à jour le: 28 novembre 2019 à 15:45 temps de lecture: 4 minutes

Mont Royal: Montréal se donne jusqu’en 2025 pour métamorphoser la voie Camillien-Houde

Mont Royal: Montréal se donne jusqu’en 2025 pour métamorphoser la voie Camillien-Houde
Photo: Mario Beauregard

La Ville de Montréal se donne jusqu’en 2025 pour réaménager la voie qui traverse le mont Royal, un vaste projet évalué à 90 M$, a constaté Métro.

«La voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance sont, par endroits, inhospitaliers pour les piétons et les cyclistes. Une requalification de ces artères est donc souhaitable», indique le Plan triennal des immobilisations (PTI) 2020-2022 de la Ville, dévoilé lundi dernier. 

En mai dernier, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait part de son ambition de transformer cet axe en chemin de plaisance. Elle avait ainsi répondu favorablement à une demande faite par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) dans un rapport publié en mai portant sur le projet pilote de fin du transit automobile pendant l’été 2018.

L’OCPM propose de maintenir la circulation automobile sur cet axe routier. L’organisme recommande toutefois de revoir son aménagement «pour le transformer en une voie qui s’intègre mieux à la vocation du parc du Mont-Royal et respecte son patrimoine naturel».

«Nous sommes en train de travailler sur le chemin de parc et des études sont en cours sur l’accessibilité de la montagne», a indiqué à Métro l’attachée de presse de la mairesse de Montréal, Geneviève Jutras.

Horizon 2025

Selon le PTI, le projet prévoit notamment le réaménagement d’une grande partie de la voie et du belvédère Camillien-Houde.

La Ville n’a prévu aucune somme pour ce projet l’an prochain afin de se donner du temps pour mieux le définir. La Ville entend ensuite dépenser 17,5 M$ les deux années suivantes afin de réaliser des plans et devis.

Puis, l’administration prévoit 72,5 M$ pour des travaux sur la voie du mont Royal qui devraient prendre fin en 2025. La facture de l’ensemble du projet devrait ainsi atteindre 90 M$, indique le PTI.

«Vous voyez, un projet qui est né en 1990 pendant des consultations sous Jean Doré commence à prendre forme maintenant», a réagi le directeur d’Héritage Montréal, Dinu Bumbaru.

M. Bumbaru estime que la Ville «aurait pu avancer plus vite» dans la concrétisation de ce projet.

Un enjeu de sécurité

Un des buts premier de la Ville est d’augmenter la sécurité des piétons et des cyclistes qui circulent sur cette voie. Selon des données de Vélo Québec, environ 10 000 véhicules transitent quotidiennement sur le mont Royal. 

«C’est seulement dans les dernières décennies qu’on a permis aux automobilistes d’y accéder et je ne crois pas que c’est nécessaire. Il ne faut pas oublier qu’au départ, c’est un parc. Ce n’est pas censé être une autoroute», estime le porte-parole de Vélo Fantôme Montréal, Alain Deschamps. 

En octobre 2017, un cycliste de haut niveau de 18 ans a perdu la vie après avoir été happé par une voiture qui faisait un demi-tour illégal sur la voie Camillien-Houde. Ce triste événement a forcé la Ville à mettre en place des mesures temporaires pour améliorer la sécurité des piétons et des cyclistes sur la montagne.

En attendant la mise en place de mesures permanentes, la Ville mettra en place de nouveaux aménagements temporaires l’été prochain. Cet été, plus de 400 bollards et des dos d’âne ont notamment été aménagés sur cet axe avant d’être retirés en prévision de l’hiver.

«Il faut arrêter de prioriser le transit automobile.» -Alain Deschamps, porte-parole de Vélo Fantôme Montréal

Protection du patrimoine

En plus d’«augmenter le verdissement» du site, ce projet vise aussi à «mettre en valeur le patrimoine historique et naturel du mont Royal», note la Ville dans son PTI. 

«Ce n’est pas seulement un parc ou un terrain de jeu, c’est un lieu extrêmement emblématique», souligne Dinu Bumbaru, qui rappelle que ce site a été classé patrimonial en 2005 par le gouvernement du Québec.

La Ville entend par ailleurs augmenter le verdissement le long de la voie en plus de compléter le «chemin de ceinture» du mont Royal.

 

 

 

Articles similaires