Montréal
17:56 18 janvier 2020 | mise à jour le: 18 janvier 2020 à 18:54 temps de lecture: 3 minutes

Qualité de l’air dans l’Est: «les citoyens veulent des réponses», clame QS

Qualité de l’air dans l’Est: «les citoyens veulent des réponses», clame QS
Photo: Pablo Ortiz/MétroLa députée solidaire de Mercier, Ruba Ghazal, à l'avant.

«Les gens veulent avoir de l’information» sur la qualité de l’air dans l’est de Montréal, plaide la députée de Québec solidaire (QS) Ruba Ghazal. En choeur avec des organismes, elle invite maintenant les Montréalais à se mobiliser.

Selon l’élue de Mercier, qui menait samedi une assemblée publique sur la question, les Montréalais sont «préoccupés».

«Quand on pose des questions au gouvernement, à la Ville, à la Santé publique, ils nous disent qu’ils ne peuvent pas nous donner les informations», a lancé Mme Ghazal en marge de l’assemblée.

Après avoir lancé une pétition sur la qualité de l’air au mois de novembre, la politicienne espère désormais que les citoyens «augmentent la pression». La pétition, qui sera déposée au début du mois de février, a amassé environ 1500 signatures, selon QS.

Même son de cloche chez le président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle. «On sent une envie de se mobiliser et de se prendre en main», a-t-il affirmé.

«Les grandes victoires de l’AQLPA, on les a obtenues parce que les citoyens participaient.» – André Bélisle, président de l’AQLPA

Le cas CCR

La rencontre citoyenne de samedi se tenait au lendemain d’une entrevue accordée par l’entreprise CCR à Métro. Cette compagnie qui oeuvre dans l’affinerie du cuivre, avait été forcée d’installer un dépoussiéreur l’an dernier, après la publication par le réseau TVA d’un reportage qui prouvait que ses émissions d’arsenic dépassaient les normes québécoises.

Aujourd’hui, CCR maintient que ses émissions sont «en dessous des normes» de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Selon Mme Ghazal, toutefois, «les normes de la CMM ne sont pas les mêmes que celles du Règlement sur l’assainissement de l’atmosphère du Québec». La députée solidaire demande désormais si CCR suit aussi ces normes provinciales.

«Il faut que les gouvernements rendent des comptes et qu’ils ne laissent pas les relations publiques des entreprises donner les réponses à leur place», a indiqué Mme Ghazal en entrevue avec Métro.

Nouvelle station

La construction de nouvelles stations d’échantillonnage dans la région fait toujours partie des priorités de Ruba Ghazal. La Ville de Montréal évalue actuellement son besoin en plus d’exiger un soutien financier de Québec pour financer une étude de faisabilité.

«C’est sûr que je vais faire le suivi à Québec. La Santé publique n’a pas les ressources», avance Mme Ghazal.

Articles similaires