Montréal
12:39 18 mars 2020 | mise à jour le: 18 mars 2020 à 13:45

Montréal prépare de «l’aide financière» pour les commerces et les entreprises

Montréal prépare de «l’aide financière» pour les commerces et les entreprises
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal Valérie Plante

La Ville de Montréal annoncera jeudi des mesures d’«aide financière» pour les commerces et les entreprises affectés par la propagation du coronavirus, qui malmène l’économie.

«Dans les prochains jours, il sera question d’une aide financière, du moins comment on soutient nos commerçants, les entreprises et les Montréalais en général», a déclaré mercredi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, pendant la séance du comité exécutif. Une annonce aura lieu à cet égard jeudi après-midi. 

«Tout ce qui concerne l’emploi est de compétence provinciale et fédérale, mais il n’en demeure pas moins que la Ville veut aider ses entreprises et ses entrepreneurs. Demain, il y aura un autre point de presse axé sur les mesures socio-économiques», a ajouté Mme Plante. 

Situation financière périlleuse

Depuis dimanche, les bars, les salles de spectacle, les cinémas et plusieurs autres lieux de divertissement demeurent fermés à la demande du gouvernement Legault. Les restaurants, pour leur part, doivent limiter leur capacité de moitié.

«On est satisfaits de constater que la vaste majorité des propriétaires montréalais de tels lieux de rassemblement respectent ces directives. Je les remercie», a déclaré Mme Plante. 

Cette situation, combinée à l’appel à l’isolement de la population, affecte grandement de nombreux commerçants, qui risquent d’avoir à procéder à des mises à pied. Selon un sondage publié mardi par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante indique, 25% des PME du pays ne pourraient survivre plus d’un mois à un déclin de leurs ventes de plus de 50% relié à la pandémie du coronavirus.

«Ça fait mal. Tout le monde essaie de s’en sortir […] On communique le plus que possible les mesures sanitaires à nos membres qui sont encore ouverts», a réagi à Métro le président de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal, Billy Walsh. 

La crise sanitaire du coronavirus représente un fardeau supplémentaire pour les commerces de la métropole, déjà affectés par la présence de nombreux locaux vacants sur les artères commerciales de la métropole.

Dernièrement, tant Québec qu’Ottawa se sont engagés à aider les entreprises qui écopent de la crise du coronavirus, notamment en repoussant la date limite pour le paiement des impôts. Or, «il n’y a rien qui est relié directement aux commerçants [dans ces mesures]», déplore M. Walsh.

«On voit déjà les impacts économiques et sociaux qu’une crise comme celle-là a sur la communauté montréalaise et sur toute la population québécoise.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Aide aux itinérants

Ce ne sont pas que les commerces qui subissent les contrecoups de la crise sanitaire du coronavirus, mais aussi les refuges qui accueillent des sans-abri.

«Vous pouvez imaginer qu’un endroit comme un refuge d’urgence, qui accueille beaucoup de personnes, ça présente des défis de taille. On a mis en place des protocoles pour assurer la sécurité des citoyens et du personnel», a déclaré à Métro le président et chef de la direction de la Mission Old Brewery, Matthew Pearce. 

Pour l’instant, tant la Mission Old Brewery que la Mission Bon Accueil ont indiqué ne pas avoir recensé de cas de personnes infectées au coronavirus dans leurs rangs. Mais ce n’est qu’une question de temps, reconnaissent les dirigeants des deux refuges.

«Si on a des changements et qu’on veut par exemple isoler une personne qui a des symptômes, pour l’instant, on n’a aucune autre option que d’appeler dans les hôpitaux. On devrait peut-être créer un système de quarantaine qui pourrait accueillir ces personnes-là», estime le président-directeur général de la Mission Bon Accueil, Sam Watts. 

«Il faut des lieux pour pouvoir sortir rapidement les personnes contaminées de nos refuges.» -Matthew Pearce

À cet égard, Mme Plante a indiqué mercredi que la Ville est en «contact étroit» avec les refuges d’aide aux personnes en situation d’itinérance pour «trouver des solutions».

«On est en train d’identifier les bâtiments [municipaux] qui pourraient accueillir les personnes en situation d’itinérance», a-t-elle ajouté. 

Articles similaires