Montréal

Ultime tentative des opérateurs pour le retour des trottinettes à Montréal

trottinettes électriques Lime
Photo: Zacharie Goudreault/Métro

L’opérateur Lime mène une course contre la montre pour tenter de convaincre la Ville de Montréal de revenir sur sa décision de ne plus accueillir de trottinettes électriques sur son territoire. L’entreprise propose de verrouiller ses engins à des supports à vélo.

Montréal adoptera officiellement lundi le règlement qui interdira les trottinettes électriques en libre-service de son territoire pour l’année 2020. Une mesure prise devant «le constat d’échec» des opérateurs Lime et Bird à faire respecter la réglementation municipale reliée au stationnement.

L’été dernier, la Ville a permis à ces engins de circuler sur les routes de la métropole jusqu’à la mi-novembre.

Selon le bilan de ce projet pilote, seulement 20% des trottinettes de Lime et de Bird ont été immobilisées dans les 410 aires aménagées à cet effet à des intersections de différents arrondissements centraux. Un situation qui a forcé la Ville à durcir le ton et à remettre des amendes aux opérateurs. 

Comme à San Francisco

«On veut adresser les préoccupations de la Ville en matière de stationnement», explique à Métro la porte-parole de Lime, Jeannie Gonzalez. Celle-ci tente de convaincre la Ville de permettre le retour de ses trottinettes électriques à Montréal dès cet été.

L’entreprise propose à la Ville d’adopter le modèle utilisé par l’entreprise à San Francisco. Dans cette ville californienne, les trottinettes de l’entreprise sont équipées d’un cadenas à câble intégré. Afin de terminer leur transaction après une course, les utilisateurs doivent utiliser celui-ci pour verrouiller leur engin à un support à vélo, puis prendre une photo de l’engin.

«À San Francisco, on a remarqué que le taux de délinquance a réduit», évoque Mme Gonzalez. 

Lime s’engage par ailleurs à imposer des amendes aux récalcitrants. Elle s’inspirerait ainsi du service de vélos en libre-service JUMP, qui sera de retour dans la métropole cette année. L’été dernier, celui-ci a distribué de nombreux avertissements et certaines amendes à des usagers délinquants à Montréal. 

«Si un usager est récidiviste, il va recevoir une pénalité et après, on pourra aller jusqu’à la fermeture du compte d’utilisateur», assure la porte-parole de Lime. 

L’an dernier, les Montréalais et les touristes de passage dans la métropole ont réalisé plus de 200 000 trajets avec des trottinettes de Lime.

«On pense qu’il y a un besoin à Montréal et c’est pour ça qu’on voudrait revenir en ville le plus vite possible.» -Jeannie Gonzalez, porte-parole de Lime

Par ailleurs, dans les dernières semaines, plus de 1200 usagers de Lime ont envoyé des courriels à la Ville pour lui demander de revenir sur sa décision.

Manque de supports à vélo

Le président de Trajectoire Québec, François Pepin, voit d’un bon œil les propositions de Lime.

«L’idée d’attacher les trottinettes aux supports à vélo, c’est une bonne idée parce qu’il faut éviter qu’elles puissent être stationnées n’importe où», souligne-t-il. 

L’expert en planification des transports, Pierre Barrieau, soulève toutefois l’enjeu du manque de supports à vélo dans plusieurs arrondissements. Une situation qui pourrait empêcher des utilisateurs de ces trottinettes de respecter les règles de Lime à Montréal, le cas échéant.

«Dans certains secteurs, ce n’est tout simplement pas une option parce qu’il n’y a pas assez de supports à vélo», dit l’expert.

Ce dernier souligne en outre que les propositions de l’opérateur ne s’attaquent pas à la problématique du non-respect du port du casque par les usagers. Pendant le projet pilote, l’été dernier, la police de Montréal a distribué 324 amendes de 60$ à des personnes qui ne portaient pas un casque de protection.

Appelée à réagir, la Ville accueille positivement les propositions de Lime. Elle refuse toutefois d’envisager le retour des trottinettes électriques en 2020. «La prochaine année nous permettra de poursuivre nos discussions avec les opérateurs», a indiqué l’attachée de presse du comité exécutif, Laurence Houde-Roy. 

Articles récents du même sujet