Montréal
16:02 22 mars 2020 | mise à jour le: 22 mars 2020 à 18:23 temps de lecture: 2 minutes

Coronavirus: 80 interventions du SPVM pour disperser des groupes

Coronavirus: 80 interventions du SPVM pour disperser des groupes
Photo: Pablo Ortiz/Métro

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s’active pour contrer la propagation du coronavirus dans la métropole. Depuis le décret ministériel provincial interdisant les rassemblements, le corps policier a effectué au moins 80 interventions pour disperser des groupes en date de samedi.

C’est ce qu’a confirmé à Métro l’agente-relationniste Véronique Comtois.

«On a un chiffre qui date de samedi. On parle d’environ 80 interventions pour des rassemblements dénoncés par des citoyens», a-t-elle souligné.

Vendredi, en conseil des ministres, Québec avait décidé de resserrer l’encadrement des attroupements faits au Québec. D’abord fixée à 250 personnes, l’interdiction de se rassembler vise désormais toute forme de party, barbecue, match sportif…

«On se conforme au décret. Donc, on priorise la sensibilisation auprès des citoyens», a mentionné Mme Comtois.

«Dans un cas où les personnes seraient récalcitrantes, elles pourraient s’exposer à une amende minimale de 1000$.» – Véronique Comtois, agente-relationniste du SPVM

Ces amendes sont imposées en vertu de la Loi sur la santé publique. On ne sait pas combien d’amendes a émis le SPVM depuis la mise en place du décret.

Dans un contexte où la situation «bouge très rapidement», le SPVM procède à la formation de ses équipes, ajoute Mme Comtois.

«On a un groupe de policiers sollicité pour répondre aux appels liés au décret», affirme la porte-parole.

D’autres interventions

Montréal n’est pas la seule ville à devoir intervenir pour assurer la distanciation sociale. Dans la nuit de samedi à dimanche, le Service de police de la Ville de Québec a procédé à une dizaine d’interventions.

Le premier ministre François Legault a dû répondre à plusieurs questions de la presse sur le pouvoir coercitif des policiers, dimanche, durant son point de presse quotidien. Il affirme vouloir «éviter la répression».

«Il y a quelques cas isolés où les policiers ont dû intervenir. On a demandé aux policiers de faire une espèce de veille, puis d’informer les gens qui ne le sont pas encore», a-t-il indiqué

«Je continue à être très satisfait du respect des consignes.» – François Legault, premier ministre du Québec

Articles similaires