Montréal
15:46 2 avril 2020 | mise à jour le: 2 avril 2020 à 17:02

Coronavirus: présence policière accrue dans six grands parcs de Montréal

Coronavirus: présence policière accrue dans six grands parcs de Montréal
Photo: Josie Desmarais | MétroDes cadets du SPVM patrouillent le parc La Fontaine pour disperser les attroupements et faire respecter les règles de distanciation physique durant la crise sanitaire.

Montréal augmente la présence policière dans six grands parcs de la métropole afin de limiter la propagation du coronavirus. Les contrevenants s’exposeront à des amendes salées.

«Si vous voyez un endroit qui semble achalandé, n’y allez pas», a de nouveau martelé jeudi la mairesse de Montréal, Valérie Plante, aux côtés de la directrice régionale de la santé de Montréal (DRSP), Mylène Drouin. 

Mercredi, la mairesse Valérie Plante avait exhorté les Montréalais à éviter les rassemblements dans les parcs, sous peine de les fermer. Une option que le premier ministre François Legault a accueillie favorablement.

Amendes salées

Pour l’instant, la Ville n’entend pas mettre cette menace à exécution. La surveillance policière a toutefois été accrue dans six grands parcs de la métropole. Il s’agit des parcs du Mont-Royal, Jeanne-Mance, du Canal-de-Lachine, Laurier, La Fontaine et Maisonneuve. Les citoyens qui continueront de s’y rassembler s’exposent à une amende entre 1000 et 6000$, a rappelé le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui multipliera les vigiles.

«La police sera là pour s’assurer que tout le monde comprend», a ajouté Mme Plante. 

«On espère que tout le monde va suivre nos recommandations pour que nous puissions continuer à garder nos parcs ouverts.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Sur place, la directrice adjointe à la Direction des normes professionnelles au SPVM, Line Carbonneau, a indiqué que des policiers montréalais ont déjà rempli six rapports d’infraction concernant des personnes regroupées dans des parcs de la métropole.

Le SPVM n’attendra d’ailleurs plus qu’une personne récidive avant de lui remettre une infraction.

«On annonce que la sanction à tout manquement aux ordonnances de la DRSP sera maintenant privilégiée, sans autre avis préalable», a indiqué Mme Carbonneau. 

Vignettes et BIXI

Afin d’épauler les travailleurs de la santé de la métropole, la Ville offrira gratuitement une vignette de stationnement aux employés du CHUM et de l’Hôpital général juif. L’administration municipale libère ainsi près de 150 places à des parcomètres de la métropole pour les accueillir.

«C’est la vignette COVID-19», illustre Mme Plante. Le Palais des Congrès, situé à proximité du CHUM, rend par ailleurs accessible ses places de stationnement pour les employés du réseau de la santé. 

La mairesse de Montréal a par ailleurs confirmé que le service de vélo-partage BIXI Montréal fera son retour à Montréal le 15 avril. Malgré les critiques de certains concernant le retour de de ce mode de transport en raison de la propagation du coronavirus, la DRSP considère BIXI comme «l’une des composantes essentielles du transport à Montréal».

«Les BIXI seront accessibles dès le 15 avril, mais je veux rappeler tout le monde que si vous utilisez ce service, c’est pour des déplacements essentiels», a insisté Mme Plante, qui a assuré que les vélos feront l’objet d’un nettoyage quotidien. 

Bond du nombre de cas

Le nombre de cas de contamination au coronavirus a grimpé de 480 dans les dernières 24 heures à Montréal pour atteindre 2642, dont 148 travailleurs de la santé. La DRSP recense également plus de 20 éclosions dans des résidences pour personnes âgées et des CHSLD.

Une situation qui fait dire à Mme Drouin qu’«on est dans la pente ascendante de l’épidémie». 

«Quand on regarde la transmission communautaire, tous nos arrondissements ou presque ont une croissance importante. Nous considérons que la transmission communautaire est soutenue partout.» -Mylène Drouin, directrice régionale de la santé publique de Montréal

Face à cette situation, Mme Plante invite les Montréalais à éviter de se déplacer d’un quartier à l’autre et à faire leurs achats essentiels dans le secteur où ils demeurent.

«Aujourd’hui, nous estimons que nous sommes dans les jours où il y a le plus de personnes contaminées qui circulent dans la communauté. C’est pour ça que c’est primordial aujourd’hui de limiter nos déplacements aux déplacements essentiels», évoque la Dr Drouin. Pour l’instant, néanmoins, la DRSP n’envisage pas de réclamer le confinement de certains quartiers montréalais.

Les élus montréalais, eux, ont voté pour une prolongation de l’état d’urgence de cinq jours, en séance du conseil municipal jeudi.

Articles similaires