Montréal
13:49 14 avril 2020 | mise à jour le: 14 avril 2020 à 15:09 temps de lecture: 4 minutes

Coronavirus: Montréal présentera un plan de relance économique en mai

Coronavirus: Montréal présentera un plan de relance économique en mai
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La Ville de Montréal présentera le mois prochain un plan de relance économique afin d’aider la métropole à se relever progressivement de la crise du coronavirus.

Ce plan, qui se donnera un horizon de 12 à 18 mois, fera l’objet d’une annonce au début ou au milieu du mois de mai, a annoncé mardi la mairesse Valérie Plante lors d’une conférence en ligne organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

Depuis un mois, plusieurs secteurs de l’économie québécoise sont sur pause en raison de mesures prises par le gouvernement Legault pour faire face à la crise sanitaire. Après avoir ordonné la fermeture des lieux de divertissement, comme les bars et les cinémas, celui-ci a étendu cette mesure à tous les commerces et entreprises jugés non essentiels. Une situation qui a poussé de nombreux commerçants montréalais au bord du gouffre.

«On m’a rapporté des histoires déchirantes de la part d’entreprises», a rapporté Mme Plante. La Ville annoncera d’ailleurs mercredi comment elle entend utiliser la somme de 40 M$ que lui a accordée au début du mois le gouvernement du Québec pour aider les entreprises de la métropole qui écopent de la pandémie du coronavirus. «Mais je ne vous cacherai pas que ce ne sera pas suffisant», a laissé tomber la mairesse, qui continue ses discussions avec Québec et Ottawa pour obtenir plus de fonds.

«Quand il est question du redémarrage, notre but, c’est que le plus grand nombre d’entreprises soient toujours vivantes et prêtes à continuer leurs opérations.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Liste de projets

Le plan de relance de la Ville comprendra une liste de projets dont la construction pourra commencer rapidement lorsque le gouvernement Legault élargira le nombre de chantiers pouvant reprendre. Québec autorisera d’ailleurs dès lundi prochain la construction résidentielle pour les unités prévues d’ici au 31 juillet.

«On a une liste de projets qu’on peut mettre dans la machine rapidement pour que ça serve de levier à l’économie, mais aussi pour les infrastructures de la Ville», a indiqué Mme Plante. Parmi les secteurs qu’elle compte prioriser, la mairesse note ceux de l’habitation, du transport collectif ainsi que «les grandes infrastructures vertes». 

Depuis la fin mars, de nombreux chantiers d’envergure jugés non essentiels sont sur pause à Montréal. C’est notamment le cas du Réseau express métropolitain, de l’échangeur Turcot et du prolongement de la ligne bleue du métro. La Ville a également dû cesser plusieurs de ses chantiers, dont ceux du Réseau express vélo et du réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest.

Contactée par Métro, l’attachée de presse de la mairesse, Geneviève Jutras, a indiqué qu’il est «trop tôt» pour dévoiler les «projets concrets» que comptera la liste de la Ville, qui est en cours de réalisation.

Distanciation sociale

La Ville aura d’ailleurs la dure tâche de trouver des moyens de permettre à l’économie de reprendre tout en assurant le respect de la distanciation sociale. La semaine dernière, le premier ministre François Legault a indiqué que cette consigne de deux mètres entre les individus demeurera en vigueur encore «des mois» au Québec.

«Comment va-t-on redémarrer l’économie tout en respectant la distanciation sociale de deux mètres? C’est un enjeu majeur», a souligné Mme Plante. La Ville pourrait donc revoir l’occupation du domaine public, comme les rues et les trottoirs, pour s’adapter à cette situation. Déjà, la semaine dernière, la Ville a élargi les trottoirs sur un tronçon de l’avenue du Mont-Royal pour faciliter les déplacements des piétons sur cette artère commerciale. 

Mme Plante a par ailleurs indiqué être en discussions avec la Société de transport de Montréal et l’Autorité régionale de transport métropolitain afin de trouver de «bonnes solutions» pour permettre le respect de la distanciation sociale dans le transport en commun. Celui-ci a connu une baisse d’achalandage majeure dans les derniers mois dans la région métropolitaine.

Articles similaires