Montréal
09:41 7 avril 2021 | mise à jour le: 7 avril 2021 à 16:33 temps de lecture: 2 minutes

Transport routier: une cinquantaine de projets et plus d’un milliard de dollars à Montréal

Transport routier: une cinquantaine de projets et plus d’un milliard de dollars à Montréal
Photo: Josie Desmarais/MétroLa ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau

Le gouvernement de François Legault ne ralentit pas sur l’autoroute des investissements routiers. Dans les trois prochaines années, il investira 1,2 G$ dans le réseau routier montréalais.

Ces sommes doivent servir à faire la réfection du réseau actuel et à construire de nouvelles structures. Au total, cinquante projets ont été sélectionnés.

Parmi ceux-ci, le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, qui maintient son calendrier d’origine, a assuré la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, mercredi. «En 2022, les grands travaux pourront démarrer. À ce moment-là, il y aura toujours deux voies de circulation dans chacune des directions», a-t-elle affirmé.

L’été dernier, Québec concluait un contrat de plus de 1,1 G$ pour la réfection du pont-tunnel, l’un des plus grands chantiers attendus sur les routes de Montréal dans les prochaines années.

Encore des entraves?

Le gouvernement Legault débloquera la majorité des sommes annoncées mercredi pour ériger et maintenir des structures routières. Une autre part de la bourse servira à maintenir les chaussées de la région.

Or, malgré la multiplication des travaux, Chantal Rouleau assure que les automobilistes pourront circuler avec fluidité.

«On est en période pandémique, et il y a un peu moins de circulation. On fait avancer les chantiers le plus possible», a-t-elle signifié.

«Les travaux se réalisent le moins possible pendant les heures de pointe, a-t-elle ajouté. Ça se fait la nuit, les fins de semaine.»

Le REM poursuit sa route

Déjà bien en marche, les travaux du Réseau express métropolitain (REM) se poursuivent. Dans l’Est, ils s’organisent.

Or, les voix s’opposant à un REM aérien à l’est se multiplient. La ministre Rouleau affirme être à l’écoute de l’opposition populaire.

«Pour nous, ça doit être un projet signature, en milieu urbain, qui n’a rien à voir avec le premier REM, qui longe une autoroute», a-t-elle affirmé.

Articles similaires