Montréal

CHSLD Herron: des problèmes depuis au moins 2017

Le CHSLD privé Maison Herron à Dorval.
Le CHSLD Maison Herron à Dorval. Photo: Capture d’écran

Qualité insuffisante des soins, manque de personnel, mauvais entretien des lieux: déjà en 2017, des problèmes importants avaient été soulevés par le comité des usagers auprès de l’administration du CHSLD privé Herron, où 47 des 150 résidents sont décédés durant la première vague de COVID-19. Le comité a même fini par démissionner en bloc.

C’est ce qui a été mentionné par l’avocat du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, Me Jean-François Pedneault, lors du contre-interrogatoire de l’ex-directeur de Herron, Andrei Stanica, pendant l’enquête publique du coroner. 

Selon Me Jean-François Pedneault, les plaintes du comité des usagers touchaient la qualité des soins aux résidents, mais aussi le manque de personnel et l’entretien ménager.

Parmi les problèmes soulevés au CHSLD Herron, l’avocat a mentionné «des lésions cutanées» et des «éruptions cutanées persistantes» dues aux couches mouillées.

Selon le comité, il n’y avait pas suffisamment de personnel, notamment «pas assez de préposés aux bénéficiaires au rez-de-chaussée, surtout à l’heure des repas», a ajouté Me Pedneault.

Des enjeux liés à l’entretien ménager ont aussi été évoqués. «Les heures de ménage ont été réduites, les rambardes et les poignées de porte n’ont pas été nettoyées depuis un an, les sols sont sales et collants», a-t-il indiqué.

Questionné à ce sujet, Andrei Stanica affirme avoir parlé de ces sujets avec le comité des usagers à l’époque, bien qu’il ne se rappelle pas avoir pris connaissance du document cité par l’avocat.

«C’était des gens qui avaient leurs parents dans le centre, donc c’est sûr et certain qu’ils ont vécu certaines situations. Justement, ils m’ont parlé des particularités d’une certaine approche ou de certains défis qu’ils ont eus par rapport à leurs parents», a déclaré l’ex-directeur de Herron, qui était en poste depuis 2016.

Démissions en bloc

Le 28 février 2017, Andrei Stanica reçoit une lettre de démission en bloc des membres du comité des usagers. Dans cette lettre, ceux-ci indiquent ne pas être en mesure de travailler avec le Groupe Katasa, qui gérait le CHSLD Herron. 

«Nous avons beaucoup de difficulté [struggle] à exécuter notre mandat avec Katasa inc. en raison d’une gestion irrespectueuse et non professionnelle, de facteurs d’intégrité et d’une incapacité à dialoguer dans un environnement constructif», lit-on dans la lettre récitée par Me Pedneault. 

Selon Andrei Stanica, la décision du comité des usagers a suivi une dernière rencontre durant laquelle les membres ont abordé des problèmes liés à la gestion de l’établissement situé à Dorval. 

«Je leur ai dit que ce n’était pas dans leur mandat d’aborder ce genre de sujets. C’est la partie de gestion qui doit s’occuper de ça. Le lendemain, ils ont démissionné», a ajouté M. Stanica devant la coroner. 

La propriétaire du CHSLD Herron au printemps 2020, Samantha Chowieri, a aussi témoigné mercredi après-midi au palais de justice de Longueuil. 

L’établissement privé qui a fermé ses portes à l’automne 2020 est un des CHSLD faisant l’objet d’une enquête publique du coroner. Cette dernière vise à faire la lumière sur les circonstances entourant les décès survenus dans les CHSLD durant la première vague de COVID-19. 

Articles récents du même sujet