Montréal

Achalandage important à l’urgence de Sainte-Justine

Le CHU Sainte-Justine
Le CHU Sainte-Justine Photo: Josie Desmarais/Métro

L’urgence du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine fait actuellement face à un achalandage important. Ainsi, les services d’urgence demandent aux parents de n’amener leurs enfants que s’ils sont gravement malades ou blessés.

Les parents désirant amener leurs enfants doivent se limiter à un seul accompagnateur et doivent réaliser un test rapide si leurs enfants présentent des symptômes de la COVID-19. Cela facilitera leur prise en charge.

«On a des volumes d’achalandage qui sont nettement supérieurs à ce qu’on voit normalement à ces temps-ci de l’année. Généralement le maximum qu’on va voir en mai c’est à peu près 220 / 250 patients par jour puis là on est dans les 300 / 330 patients par jour», explique le Dr Antonio D’angelo, chef médical de l’urgence de Sainte Justine.

Selon le docteur, le volume élevé de visites a des conséquences directes sur le bon fonctionnement de l’hôpital notamment au moment du triage. Les équipes médicales passent du temps à évaluer ou réévaluer la santé des patients qui ne sont pas malades ou qui ne devraient pas être aux urgences pour leur situation. Les patients les plus souffrants sont donc contraints d’attendre plus longtemps.

«Il y a au moins un 40% de nos patients en ce moment qui ne devraient pas être à l’urgence. C’est beaucoup. C’est au moins une centaine de patients qui pourraient être vus ailleurs, mais qui n’ont pas beaucoup d’autres alternatives à l’instant même», complète le Dr Antonio.

Difficile de prévoir

Pour le médecin, avec les différentes vagues de virus et avec le début de la «saison des traumatismes mineurs», où les enfants sortent, jouent dehors et sont plus susceptibles de se blesser, il est difficile de prévoir la fin de l’achalandage à Sainte-Justine.

«En général une épidémie de virus dure à peu près six semaines, le temps que toute la population soit infectée et que le virus se propage dans toute la communauté. Ça fait déjà 1 mois qu’on vit avec les volumes très important comme ça et on prévoit au moins un autre mois voire un mois et demi d’achalandage», confie Dr Angelo.

Rappelons que d’autres options sont disponibles pour les parents souhaitant amener leurs enfants à consulter un spécialiste de la santé, s’il ne s’agit pas d’une urgence. Ils sont invités à consulter leur pédiatre, leur médecin de famille, leur CLSC, une clinique sans rendez-vous ou à faire appel aux services de soins de leur voisinage.

Plus de détails suivront…

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet