Montréal

Les vols de nuits contestés à l'aéroport P.E.-Trudeau

Aéroports de Montréal a admis hier, devant une centaine de riverains furieux que sa mesure phare pour limiter le bruit des avions entre 23 h et 7 h ne donne pas les résultats escomptés.

Lors de l’assemblée générale annuelle, le pdg d’Aéroports de Montréal (ADM), James Cherry, a fait profil bas : «L’option du virage à gauche à 520 pieds pour survoler l’A13 au lieu des habitations de Cartierville fonctionne sur simulateur, mais moins bien dans la réalité».

Les avions en partance vers les États-Unis et le sud rechignent notamment à perdre quatre minutes et des dizaines de litres de kérosènes en partant vers la gauche après le décollage pour bifurquer ensuite. Voilà entre autres pourquoi ADM envisage d’établir un corridor vers le sud qui survolerait
l’arrondissement de Lachine.

C’est assez, les vibrations!
Les citoyens vivant à proximité de l’aéroport dénoncent le manque de concertation d’ADM et demandent qu’on utilise plutôt l’aéroport de Mirabel pour les vols de nuit. Une option jugée trop compliquée logistiquement par la direction.

«On en a assez d’entendre les vibrations après 23 h et 6 h et de ne pas voir d’amélioration», dénonce une résidente de Cartierville. La direction rétorque que, depuis 1995, le nombre de personnes résidant sous l’empreinte sonore a baissé de 84 %.

Hier, ADM avait aussi des bonnes nouvelles à annoncer. Son produit d’exploitation a augmenté de 12,4 % en 2007. D’ici 2013, une ligne ferroviaire reliera le centre-ville à l’aéroport toutes les 20 minutes et les travaux pour en améliorer l’accès routier débutent cette année.

Pendant ce temps, la reconversion de Mirabel suit son cours. Un circuit automobile ouvrira la semaine prochaine, alors que Pratt & Whitney installera cet automne un nouveau centre-d’essais en vol.

Articles récents du même sujet