Montréal

Le bac-sac prêt pour l'hiver

Cet hiver, 3 000 Montréalais testeront le prototype de «bac-sac» qui, d’ici un an, devrait remplacer le vieux bac de recyclage partout à Montréal.

La version presque finale, et pour laquelle un brevet a été déposé, était présentée hier. D’après son concepteur, Claude Maufette, les tests en soufflerie indiquent que le bac-sac résiste 30 % plus au vent qu’un bac traditionnel. Et même s’il devait basculer, les deux battants du couvercle empêcheraient les détritus de partir au vent.

L’ergonomie du produit a été complètement repensée. «On veut ainsi aller chercher de nouvelles personnes, indique Alan DeSousa, responsable de l’environnement à la Ville. C’est-à-dire celles qui ne font pas de recyclage, car elles sont craintives pour leur dos, et celles qui ne peuvent pas descendre le bac l’hiver, vu qu’il faut avoir au moins une main de libre pour tenir la rampe.» En clair, surtout les personnes âgées qui recyclent peu.

«On va mettre le bac-sac à rude épreuve et on espère que tout le monde va embarquer», lance Helen Fotopulos, mairesse de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal qui fait partie des quatre élus qui sont intéressés par le projet-pilote, avec ceux de Rosemont-La Petite-Patrie, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce et Verdun.

Le nouveau bac fera 70 litres, soit à peine plus que les 64 litres du vieux bac vert. Il aura une durée de vie de sept ans. Fabriqué en polyéthylène haute densité, il ne craque pas à – 40 oC, contrairement à certains vieux bacs en polypropylène.

Une fois la phase de tests terminée, 500 000 bac-sacs seront produits et offerts aux citoyens afin d’aider Montréal à atteindre l’objectif de 60 % de collecte des matières recyclables. Trois mois avant l’échéance, ce chiffre est de 37 %

Articles récents du même sujet