Montréal
14:32 11 juillet 2013 | mise à jour le: 11 juillet 2013 à 14:32 temps de lecture: 2 minutes

École à l’Île-des-Soeurs: Projet Montréal recommande de trouver un autre site

École à l’Île-des-Soeurs: Projet Montréal recommande de trouver un autre site
Photo: Yves Provencher/Métro

Projet Montréal recommande qu’un nouveau site soit envisagé pour aménager une deuxième école primaire à l’Île-des-Sœurs.

Dans un mémoire qu’il a présenté jeudi à l’Office de consultation publique de Montréal, le parti de Richard Bergeron indique que l’emplacement choisi dans le parc de la Fontaine se trouve au croisement des boulevards les plus achalandés de l’île, ce qui  ne constitue pas une environnement adéquat pour les enfants, selon lui.

Projet Montréal propose plutôt de considérer le lot Archambault, situé sur le boulevard Forêt. Ce site est toutefois en partie contaminé, mais il comporte plus de zones conformes à la réglementation en matière de concentration de biogaz, d’après la formation politique.

«La mairesse intérimaire Ginette Marotte et son prédécesseur, le maire Claude Trudel, tous deux membres d’Union Montréal, ont toujours refusé de considérer les solutions de rechange raisonnables proposées par les citoyens et se sont plutôt entêtés à privilégier un site qui menace un parc que les résidents du quartier apprécient depuis toujours», a dénoncé par communiqué le candidat de Projet Montréal dans le district de Champlain–Île-des-Sœurs, Jack L. Kugelmass.

Depuis que le ministère de l’Éducation a octroyé une subvention de 10,5M$ à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeois pour la construction d’une deuxième école à l’Île-des-Soeurs, l’arrondissement de Verdun a désigné le parc de la Fontaine pour y accueillir le nouveau bâtiment.

Un regroupement de citoyens a contesté ce choix. Il a demandé l’ouverture d’un registre pour qu’un référendum soit organisé sur ce projet. L’ancien maire de Verdun, Claude Trudel, a préféré demander au gouvernement du Québec de modifier l’article 89 de la Charte de la Ville de Montréal afin que le projet ne soit pas soumis à un référendum. L’Assemblée nationale a accédé à sa demande en juin 2012.

Articles similaires