Montréal

Le registre des punaises de lit bientôt en vigueur

Plusieurs dizaines de milliers de Montréalais changeront d’adresse vendredi. En prévision de cette grande journée de déménagement, la Ville de Montréal appelle ses citoyens à la prudence afin d’éviter une propagation accélérée des punaises de lit.

Selon les données de la Direction de la santé publique de Montréal, 2,7 % des ménages montréalais étaient aux prises avec un problème de punaises de lit, en 2010. Ce taux est bien inférieur à celui qui prévaut à New York, où plus de 7 % des ménages doivent composer avec la problématique, mais la Ville reste déterminée à enrayer le fléau.

Pour y arriver, elle mettra en marche son registre sur les punaises de lit au cours des prochains jours. Tous les exterminateurs devront remplir un formulaire, qui sera disponible sur un site internet sécurisé de la Ville, au plus tard cinq jours après avoir visité un logement infesté de punaises de lit.

Les données recueillies, qui ne pourront être consultées que par des employés de la Ville, serviront à dresser un portrait précis de la situation et à élaborer des stratégies d’actions ciblées.

«Nous allons avoir un observatoire qui nous permettra de comprendre l’ampleur de la problématique et les endroits les plus touchés, a expliqué Gilles Deguire, responsable de l’Habitation au comité exécutif de la Ville de Montréal. Cela nous permettra de travailler en amont pour éradiquer le problème.»

D’ici là, les autorités municipales demandent aux Montréalais de ne pas récupérer de vieux matelas, de vieux meubles ou de vieux vêtements sur la rue.

Les personnes qui veulent se départir de leur matelas ou de leurs meubles sont, pour leur part, appelées à lacérer l’enveloppe de tissus de leur vieux mobilier afin de le rendre inutilisable. Les bureaux d’arrondissements offrent aussi des sacs de plastiques dans lesquels les matelas peuvent être placés avant d’être jetés.

Articles récents du même sujet