Montréal
14:22 26 janvier 2016 | mise à jour le: 26 janvier 2016 à 15:56 Temps de lecture: 4 minutes

Maison Mount Stephen : le maire Coderre veut avoir des réponses

Maison Mount Stephen : le maire Coderre veut avoir des réponses
Photo: Josie Desmarais

Le maire de Montréal, Denis Coderre, veut savoir comment la maison Mount Stephen, un édifice patrimonial qui se trouve dans le Mille carré doré, a été endommagé.

«On veut s’assurer que tout se fasse de façon adéquate, a-t-il déclaré mardi lors de la séance mensuelle du conseil municipal. S’il faut aller plus loin pour aller chercher des réponses, on va aller plus loin.»

La maison Mount Stephen, qui est situé au 1400 rue Drummond, a été abîmée lors de travaux de construction visant à le transformer en un hôtel de 80 chambres par l’ajout de 12 étages et d’un stationnement souterrain, a rapporté The Gazette. Des fissures sont apparues sur la façade. Trois cheminées ont par ailleurs été détruites et des pierres ont été recouvertes de ciment.

L’arrondissement de Ville-Marie a émis un avis pour un mur dangereux le 21 janvier dernier. Il a aussi exigé que le promoteur fournisse un rapport d’ingénieur. Celui-ci a été produit, mais il n’est pas public. Un périmètre devait aussi être érigé mardi.

«Le propriétaire a été informé qu’il devra démonter les pierres de la façade pour les remonter par la suite, a dit M. Coderre. Il devra obtenir un permis de l’arrondissement avant de procéder à ces travaux.»

Le maire répondait à une question du chef de Projet Montréal, Luc Ferrandez, qui se demandait si toutes les mesures ont été prises pour s’assurer que le bâtiment du Mount Stephen soit préservé pendant les travaux. Il a soupçonné la réforme du financement des arrondissements et le plan quinquennal de la main-d’œuvre, qui ont entrainé le départ d’inspecteurs en bâtiment, d’être à l’origine du manque de surveillance du chantier. M. Coderre s’est inscrit en faux contre cette explication.

Puisque le bâtiment est inscrit au répertoire du patrimoine culturel du Québec, le ministère de la Culture devra donner son aval aux travaux de réfection. Il n’a pas voulu faire de commentaires, mardi, puisqu’il a entamé des procédures judiciaires contre le propriétaire étant donnée que la maison Mount Stephen est une bâtiment patrimonial.

Le ministère de la Culture a entamé des procédures judiciaires contre le propriétaire étant donné que le bâtiment est mentionné dans le répertoire du patrimoine culturel du Québec. Il n’a pas voulu faire de commentaire, mardi.

Métro a également contacté le propriétaire de la maison Mount Stephen, Tidan Hospitality and Real Estate Group, mais au moment de mettre en ligne, personne n’avait rappelé.

Héritage Montréal a déploré les dégâts qui ont été faits à la maison Mount Stephen. Son directeur des politiques, Dinu Bombaru, a souligné les attraits «extraordinaires» de ce bâtiment, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. «C’est un Stradivarius», a-t-il dit.

Ce nouveau cas de bâtiment patrimonial endommagé alimente la réflexion d’Héritage Montréal sur les façons de protéger le patrimoine. L’organisme veut proposer des solutions, tant à la Ville de Montréal qu’à la ministre de la Culture, qui doivent tout deux réviser leur législation à ce sujet. «Il faut une approche concrète sur la préservation du patrimoine», a insisté M. Bumbaru.

Un peu d’histoire

La maison Mount Stephen  a été construite de 1880 à 1883 à la demande de l’homme d’affaires George Stephen, qui a cofondé l’entreprise de transport ferroviaire Canadian Pacific Railway.

  • Le bâtiment est de style néo-Renaissance. Sa façade, ses fenêtres, ses nombreux ornements et l’utilisation de la pierre à chanfrein témoignent de cette architecture du XIXe siècle.
  • À l’intérieur, les boiseries font aussi la renommée du bâtiment, de même des escaliers faits en acajou cubain.
  • En 1926, la résidence bourgeoise a été transformée en club privé. Celui-ci a fermé ses portes en 2011.

Articles similaires