Montréal
14:21 24 avril 2016 | mise à jour le: 24 avril 2016 à 18:23 Temps de lecture: 2 minutes

Manifestation pour la défense des conditions des locataires

Manifestation pour la défense des conditions des locataires
Photo: Mario Beauregard/Métro

Quelques centaines de personnes ont défilé dans l’arrondissement le Sud-Ouest dimanche après-midi, à l’invitation du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), pour réclamer des mesures pour contrôler le prix et la salubrité des loyers.

Le 24 avril étant la Journée des locataires, une telle manifestation nationale est organisée chaque année. Cette fois-ci, le RCLALQ est particulièrement inquiet de l’ouverture démontrée en commission parlementaire par le ministre responsable de l’habitation, Martin Coiteux, envers la légalisation du dépôt de garantie. Il s’agirait d’un montant d’un mois de loyer donné en surplus par les locataires, que les propriétaires devraient leur rendre si l’appartement est laissé en bon état après leur départ.

«Cela ajouterait un fardeau financier considérable à l’ensemble des ménages locataires, alors que les loyers ont augmenté de 47% depuis le début des années 2000 [NDLR: selon les calculs du RCLALQ d’après les données de la Société d’hypothèque et de logement du Canada], a argué Isabelle Monast-Landriault, porte-parole du RCLALQ. Les revenus n’ont pas augmenté autant. Ce serait carrément abusif et inhumain.»

Les manifestants demandent d’ailleurs un contrôle des loyers, par une obligation de fixer le loyer en respectant la grille de la Régie du logement. Ils souhaitent également la mise en place d’un registre des loyers, une réglementation sur la salubrité pour l’ensemble du Québec et l’amélioration de la performance de la Régie du logement «pour que les locataires puissent trouver justice dans des délais raisonnables».

Articles similaires