National
15:00 7 décembre 2016 | mise à jour le: 7 décembre 2016 à 15:00 temps de lecture: 3 minutes

Les autobus scolaires et les pneus d’hiver: une obligation

Les autobus scolaires et les pneus d’hiver: une obligation
Photo: TC Media Archives

Contrairement aux autobus de la Société de transport de Montréal qui ne sont pas assujettis à la réglementation sur l’utilisation de pneus d’hiver, tous les autobus scolaires ont l’obligation d’être munis de ce genre de pneu afin d’assurer la sécurité de leurs jeunes passagers.

Au Québec, le Règlement sur les véhicules routiers affectés au transport des élèves (R.L.R.Q. c. T-12, r. 17) stipule qu’entre le quinzième jour d’octobre et le premier jour de mai, le propriétaire d’un autobus d’écoliers doit s’assurer qu’au moins les roues exerçant la traction soient munies de pneus conçus pour la conduite sur la chaussée enneigée.

Principal transporteur de la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands, l’entreprise Autobus Venise de Salaberry-de-Valleyfield a des règles internes beaucoup plus strictes, que celles prévues par la loi.

Serge Brault, directeur général de la compagnie de transport, fait savoir que même si la loi oblige les compagnies d’autobus scolaires à changer les pneus de leurs véhicules lorsque ceux-ci n’ont que 4/32 de rayure, par souci de sécurité, ceux-ci sont enlevés bien avant.

«Dès qu’ils arrivent à 8/32, nous les enlevons, explique le responsable d’Autobus Venise. Ce ne sont pas des morceaux de bois que nous transportons, c’est des enfants. Jamais nous n’allons prendre des chances avec la sécurité. De plus, tous nos autobus et minibus sont chaussés exclusivement de pneus d’hiver.» 

Serge Brault mentionne que la conduite d’un autobus scolaire dans la neige est de loin différente que la conduite d’une automobile. «Premièrement, on parle d’un véhicule qui pèse près de 10 000 kg. Même s’il est muni du système de freinage ABS, un autobus dérape facilement lors des freinages. Il n’y a donc aucune chances à prendre.»

Afin de minimiser les coûts d’achat de pneus, M. Brault souligne qu’il ne dispose d’aucun autre type de pneu. «Nous commençons la saison en septembre et la loi nous oblige à avoir des pneus d’hiver en octobre. Nous roulons donc à l’année avec des pneus d’hiver. Certains diront que l’été ce n’est pas l’idéal, mais l’été, il n’y a pas d’école donc les autobus ne circulent pas vraiment.» 

Articles similaires