Soutenez

Un Ontarien acquitté du meurtre d'un intrus

Colin Perkel / La Presse Canadienne Photo: Colin Perkel
Peter Goffin, La Presse canadienne - La Presse Canadienne

HAMILTON — Un Ontarien accusé d’avoir tué un intrus qui se trouvait dans sa camionnette en pleine nuit, dans l’entrée du garage, a été acquitté de l’accusation de meurtre au deuxième degré, mercredi.

Peter Khill, 28 ans, de Hamilton, a admis qu’il avait abattu Jon Styres, mais il plaidait la légitime défense: il croyait que l’intrus pointait une arme sur lui. On a appris au procès que M. Styres, âgé de 29 ans, père de deux enfants, de la réserve des Six Nations d’Ohsweken, n’avait pas d’arme à feu sur lui.

Le jury avait amorcé ses délibérations mardi après-midi, et il a acquitté M. Khill mercredi matin.

Le 4 février 2016, au petit matin, M. Khill et sa compagne ont été réveillés par des bruits à l’extérieur de leur maison d’un quartier rural, selon ce qui a été présenté au procès. Ils ont aperçu par la fenêtre M. Styres à l’intérieur de leur vieille camionnette garée à l’extérieur. M. Khill a alors chargé son fusil de chasse et est sorti pour affronter l’intrus.

M. Khill a dit à la police et à un répartiteur du 9-1-1 que l’intrus avait levé les bras comme s’il pointait une arme. Au procès, M. Khill a soutenu qu’il avait sommé la victime de lever les mains. Ce n’est qu’après les deux coups de feu que sa petite amie a appelé la police.

Le ministère public a plaidé que M. Styres ne représentait pas une menace raisonnable pour M. Khill et sa compagne, qui auraient très bien pu rester à l’intérieur de la maison, appeler le 9-1-1 et attendre la police, plutôt que sortir avec un fusil chargé. L’avocat de la défense a déclaré au jury que M. Khill suivait simplement sa formation de réserviste militaire en voulant «neutraliser» une menace à sa vie. «Les soldats réagissent de manière proactive, c’est comme ça qu’ils sont entraînés», a plaidé la défense.

Dans ses directives, le juge Stephen Glithero avait indiqué aux jurés, mardi matin, qu’ils pouvaient acquitter l’accusé s’ils estimaient que M. Khill s’était «raisonnablement» senti menacé cette nuit-là.

L’affaire n’est pas sans rappeler l’acquittement récent, en Saskatchewan, d’un fermier blanc accusé d’avoir abattu un jeune Autochtone sur sa propriété. La défense a toutefois plaidé que M. Khill ne pouvait pas savoir que la victime était autochtone, puisqu’il faisait noir et que les événements se sont déroulés très rapidement.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Découvrez nos infolettres !

Le meilleur moyen de rester brancher sur les nouvelles de Montréal et votre quartier.