National
16:31 31 mars 2019 | mise à jour le: 31 mars 2019 à 16:31

Ottawa hausse les prix à la pompe dans quatre provinces

Ottawa hausse les prix à la pompe dans quatre provinces
Photo: Justin Tang / La Presse CanadienneLa ministre McKenna

La ministre canadienne de l’Environnement a annoncé dimanche une hausse des prix du carburant pour les contribuables de quatre des dix provinces afin d’atteindre les objectifs du pays en matière de réduction de gaz à effet de serre.

«Le prix de l’essence augmentera d’un peu plus de 4 cents [le litre]», a indiqué la ministre Catherine McKenna, dans une interview à la chaîne anglophone CTV.

Selon la ministre, cette hausse des prix à la pompe, liée à l’entrée en vigueur lundi d’une taxe carbone, devrait inciter les automobilistes à choisir d’autres moyens de transport moins énergivores.

«Cela incite les gens à se dire qu’ils devraient choisir un véhicule plus économe en énergie, ou peut-être les transports en commun», a argumenté Mme McKenna.

Outre l’essence, le charbon, le mazout, le propane et le gaz naturel seront aussi taxés.

Le gouvernement libéral a imposé cette taxe carbone dans les provinces de l’Ontario, la Saskatchewan, le Manitoba et le Nouveau-Brunswick, dont il estime qu’elles n’ont pas pris de mesures jugées compatibles avec les objectifs nationaux de réduction de gaz à effet de serre.

L’annonce a provoqué l’ire des premiers ministres progressistes-conservateurs des provinces concernées. Ils contestent la constitutionnalité de la taxe carbone, qui selon eux, empiète sur leur prérogative.

Le premier ministre de la Saskatchewan nouvellement élu, Scott Moe, a fait savoir la semaine dernière qu’il déposerait plainte contre Ottawa.

Pour sa part, le gouvernement fédéral a réitéré qu’il entendait toutefois rembourser 90% des recettes tirées de cette taxe aux contribuables des quatre provinces sous forme de remboursement d’impôts.

«Vous allez récupérer votre argent. Une famille de quatre personnes en Ontario touchera 307 dollars», a illustré la ministre.

Le reste des fonds sera aussi investi dans les villes, les écoles, les hôpitaux, les entreprises et les communautés autochtones afin de les aider à améliorer leur efficacité énergétique ou à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

M. Trudeau a indiqué samedi sur Twitter que cette taxe constituait le «meilleur moyen pour lutter contre les changements climatiques».

Au niveau national, le prix de la tonne de CO2 – le principal gaz responsable du réchauffement climatique – passera à 50 dollars en 2022 après avoir été fixé à 20 dollars depuis le 1er janvier 2019.

«À partir de l’an prochain, on ne pourra plus polluer gratuitement au Canada», avait déclaré le premier ministre Justin Trudeau, en octobre dernier.

Articles similaires