National
12:47 29 juillet 2020 | mise à jour le: 29 juillet 2020 à 15:38 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: près de 18 000 PME au Québec menacées de fermeture

Coronavirus: près de 18 000 PME au Québec menacées de fermeture
Photo: Josie Desmarais/MétroLa rue Sainte-Catherine, à Montréal, où se concentrent de nombreux commerces.

La crise du coronavirus et les différentes mesures sanitaires mises en place pour contrer celle-ci pourraient signer l’arrêt de mort de près de 18 000 PME au Québec au cours des prochains mois.

C’est un des constats qui ressort d’un sondage mené par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) du 26 juin au 2 juillet, dont les résultats ont été mis en ligne mercredi.

Les estimations de la FCEI font état de 17 993 PME au Québec à risque de fermeture, soit 8% d’entre elles. Ce pourcentage, déjà élevé, demeure toutefois inférieur à l’hécatombe anticipée dans d’autres provinces. En Ontario, jusqu’à 16% des PME pourraient fermer leurs portes. Ce pourcentage grimpe d’ailleurs à 19% en Alberta, dont l’économie écopait déjà de la chute de la valeur du pétrole et d’autres ressources naturelles avant le début de la pandémie.

«Notre lecture, c’est qu’au Québec, la situation économique allait bien et la confiance des entreprises était la plus élevée au Canada. Donc, ça a peut-être permis d’amoindrir le choc et d’expliquer ce résultat», analyse à Métro le vice-président de la FCEI pour le Québec, François Vincent.

«Il reste que 18 000 [PME menacées de faillite au Québec], c’est beaucoup. On pourrait remplir le Centre Vidéotron à Québec.» -François Vincent, vice-président de la FCEI pour le Québec

À l’échelle du pays, la FCEI arrive à une moyenne d’un peu plus de 158 000 PME à risque de fermeture, soit environ 14% d’entre elles. Dépendant de la vigueur de la relance économique en cours, ce chiffre pourrait varier de 55 000 à 218 000 PME en faillite, note la FCEI.

«Ça donne le vertige», souffle M. Vincent.

Loisirs et hébergement

Tous les secteurs ont écopé de la pandémie. Les entreprises spécialisées dans les arts et les loisirs, comme les gymnases et les salles de spectacles, de même que celles qui opèrent dans les domaines de l’hébergement et de la restauration, écopent toutefois davantage. Ce sont respectivement 30 et 27% des entreprises dans ces domaines qui pourraient fermer leurs portes dans les prochains mois si la situation actuelle perdure.

«Ce sont des secteurs économiques qui ont été touchés par les mesures de la Santé publique et qui le sont encore en partie», constate François Vincent, en référence notamment au respect de la distanciation physique que doivent faire respecter ces entreprises.

M. Vincent constate aussi des changements dans les habitudes des consommateurs, qui seraient moins tentés de sortir de leur demeure pour aller magasiner, malgré le contexte du déconfinement.

«Il y a une baisse de consommation qui est reliée à la situation économique, mais aussi aux craintes des citoyens reliés à la COVID», note M. Vincent, qui demande aux Canadiens de privilégier l’achat local aux géants du web, comme Amazon.

Articles similaires