Les choix de la rédac
17:14 19 août 2020 | mise à jour le: 20 août 2020 à 15:39 temps de lecture: 3 minutes

Coronavirus: la commissaire à la santé évaluera la réponse à la pandémie

Coronavirus: la commissaire à la santé évaluera la réponse à la pandémie
Photo: Josie Desmarais/MétroLe CHSLD Herron, à LaSalle

Un mandat pour évaluer la performance du réseau de la santé durant la pandémie de coronavirus vient d’être confié à la commissaire à la santé et au bien-être, Joanne Castonguay, fille de l’ex-ministre de la Santé, Claude Castonguay, considéré comme le «père de l’assurance-maladie» du Québec.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, en ont fait l’annonce mercredi par voie de communiqué.

Québec souhaite que Mme Castonguay et son équipe se penchent plus spécifiquement sur la gestion des soins et de l’hébergement des aînés.

L’objectif, précise le communiqué, est «d’apporter un éclairage complémentaire à celui qu’apporteront des travaux réalisés ou à venir d’autres organismes publics, dont l’enquête du Bureau du Coroner sur les décès survenus au CHSLD Herron et les travaux de la Protectrice du citoyen».

Reconnaissant que les derniers mois ont été particulièrement difficiles pour l’ensemble du réseau de la santé, Québec «souhaite avoir un éclairage technique et rapide des difficultés rencontrées par le système de santé québécois dans sa gestion des soins et des milieux d’hébergement pour aînés pour améliorer sa performance».

Les recommandations du groupe sont attendues dans un peu plus de 12 mois, soit le 1er septembre 2021, ce qui a soulevé l’ire du député péquiste Joël Arseneau.

«Le gouvernement annonce une « évaluation » sans les pouvoirs d’une commission d’enquête, sans mandat d’analyser les décisions prises (ou pas!) par le gouvernement, et un rapport pour septembre… 2021 !?!», a indiqué sur Twitter l’élu des Îles-de-la-Madeleine.

Le premier ministre François Legault a précisé en commission parlementaire que «ce que je souhaite c’est que l’évaluation de notre performance soit faite le plus rapidement possible. On a voulu avoir un format qui va nous permettre de donner des résultats rapidement.»

«Bien avant la pandémie, on savait qu’il y avait plusieurs difficultés dans les milieux de vie pour aînés, et la crise sanitaire actuelle n’a fait que mettre en lumière toute l’importance que nous devons accorder à ces milieux d’hébergements», a déclaré le ministre de la Santé, M. Dubé, par communiqué.

«Tout en étant complémentaire à nos actions déjà en cours et à venir pour prendre soin de nos aînés, ce mandat permettra de répondre à plusieurs questions qui demeurent sans réponse quant à la gestion de la crise, et ce, rapidement. J’ai pleinement confiance en l’équipe de la commissaire à la santé et au bien-être, en tant qu’entité indépendante, pour nous éclairer sur ce que nous devons mettre en place pour améliorer la façon dont on prend soin de nos aînés», a fait savoir le ministre Dubé.

Pour le chef intérimaire du PQ, Pascal Bérubé, le défi sera de taille. «Mme Castonguay n’a pas le pouvoir d’une commission d’enquête. Et tout ça, c’est pour 2021», a-t-il dit.

La commissaire Castonguay sera entourée d’un comité formé de deux experts: Anne Lemay, économiste en santé, et Jean-Louis Denis, professeur à l’Université de Montréal. Elle pourra fait appel à d’autres experts si elle l’estime nécessaire.

Avec la collaboration de François Carabin

Articles similaires