National
15:28 17 décembre 2020 | mise à jour le: 17 décembre 2020 à 15:45 temps de lecture: 2 minutes

Arrêté pour agression sexuelle, Harold LeBel continuera d’exercer ses fonctions

Arrêté pour agression sexuelle, Harold LeBel continuera d’exercer ses fonctions
Photo: Assemblée nationale du QuébecLe député du PQ Harold LeBel

Arrêté mardi matin pour agression sexuelle, le député Harold LeBel semble prêt à plaider non coupable. Dans une courte déclaration publiée jeudi, son avocat souligne que l’élu de Rimouski «souhaite démontrer qu’il n’a rien à se reprocher».

M. LeBel doit comparaître le 11 janvier. Entre-temps, «il continuera d’exercer sa fonction de député», peut-on lire.

L’ex-membre du caucus péquiste maintient qu’il se présentera en cour à l’occasion de sa comparution. La Loi lui interdit d’entrer en contact avec l’accusatrice d’ici là.

L’accusation du député de 58 ans a eu l’effet d’une onde de choc au sein de l’exécutif du Parti québécois. Mardi, c’est «sous le choc» que s’était présenté son chef, Paul St-Pierre Plamondon, devant les médias.

«Toutes les violences sexuelles doivent être combattues avec force. Personne n’est au-dessus de la Loi», avait-il martelé dans une courte allocution. Le leader péquiste soutient que son parti collaborera entièrement aux procédures policières entourant cette affaire.

Exclu de son caucus jusqu’à ce que la lumière soit faite, M. LeBel devient donc député indépendant. Il en est à son deuxième mandat comme élu de l’Assemblée nationale. Avant son élection en 2014, l’accusé a longtemps milité pour le PQ.

Selon plusieurs médias, les faits reprochés à M. LeBel remonteraient à 2017.

Harold LeBel a choisi son avocat

M. LeBel sera défendu en cour par l’avocat Maxime Roy. C’est lui qui avait défendu pendant plusieurs années l’ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau qui a eu gain de cause.

Articles similaires