National

Hôpitaux: «un risque de dépassement toujours réel» selon l’INESSS

Une ambulance
Photo: Josie Desmarais/Métro

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a publié aujourd’hui la mise à jour de ses deux rapports hebdomadaires de projections sur les besoins des hôpitaux du Québec. Une baisse des nouveaux cas et une certaine stabilisation des hospitalisations ressortent des prévisions de l’institut même si le risque de débordement ne peut toujours être exclu.

Après 6 semaines de hausse, l’institut constate que le nombre de nouveaux cas est en baisse de 6% par rapport à la semaine dernière (17 115 versus 18 162). Cette baisse se retrouve dans la plupart des régions et les différents groupes d’âge à l’exception des personnes de 70 et plus dont les cas ont augmenté eux de 5%. Néanmoins, l’INESSS constate dans son rapport que 75% des nouveaux cas sont des résidents de la zone 1 soit Montréal et ses territoires limitrophes.

Concernant le nombre d’hospitalisations anticipées, celui-ci reste stable (-3%) par rapport à la dernière semaine, soit 821 cas pouvant amener à une hospitalisation. Parmi ces 821, 126 nécessiteront selon l’institut un séjour aux soins intensifs, un chiffre là aussi en baisse.

Les projections quant aux besoins hospitaliers suggèrent une stabilisation du nombre de patients COVID-19 actuellement hospitalisés.

Pour la zone 1 soit Montréal et ses régions proches, l’augmentation recensée ces dernières semaines semble se stabiliser. «Un risque de dépassement des capacités dédiées d’ici les trois prochaines semaines reste toutefois réel, d’autant plus que plus de 80% des lits réguliers et de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont déjà occupés» précise le rapport.

Quant aux autres régions situées en zone 2, les nouvelles hospitalisations semblent être sur un léger déclin. Près de 60% des lits réguliers et 30% des lits de soins intensifs sont toujours occupés par des patients COVID.

Si le risque global de dépassement est faible, l’institut n’exclut pas d’éventuels débordements dans certains hôpitaux.

D’après des chiffres communiqués par le ministère de la Santé et des Services sociaux, près de 78% des lits réguliers et 70,4% des lits soins intensifs dans l’ensemble du Québec sont actuellement occupés (par des patients COVID et non-COVID). Ces chiffres montent à 79,4% pour les lits réguliers et 72,4% pour les soins intensifs pour les hôpitaux de Montréal avec certains déjà au delà des 90%.

Des taux d’occupation qui pourraient amener les hôpitaux à faire appel au protocole de triage avait affirmé une haute fonctionnaire du ministère de la Santé et des Services sociaux lundi dernier.

L’INESSS déclare dans son rapport que des éclosions dans les hôpitaux restent «une préoccupation importante», et pourrait «affecter l’occupation des lits désignés». Deux hôpitaux de l’est de Montréal rencontrent d’ailleurs actuellement des éclosions de COVID-19 dans leurs urgences.

L’INESSS précise que ces projections se basent sur des données récoltées jusqu’au 10 janvier, et ne comprend pas les hospitalisations postérieures. De même, ces projections reposent sur un taux de transmission constant et n’intègrent donc pas les mesures de confinement récemment mises en place par le gouvernement. Enfin d’autres facteurs peuvent affecter la capacité hospitalière en plus du taux d’occupation des lits comme la disponibilité du personnel et du matériel médical.

Articles récents du même sujet