Actualités
16:12 2 mai 2021 | mise à jour le: 3 mai 2021 à 10:31 temps de lecture: 3 minutes

«Intensifier les négociations et tourner la page», dit Legault

«Intensifier les négociations et tourner la page», dit Legault
Photo: Josie Desmarais/MétroLe premier ministre québécois, François Legault

Le premier ministre, François Legault, et la ministre responsable de l’Administration gouvernementale, Sonia Lebel, veulent «tourner la page» de la négociation des conventions collectives des employés de l’État. François Legault considère que les offres présentées sont «raisonnables et généreuses».

En sortie de rencontre avec des dirigeants syndicaux, François Legault se disait optimiste quant à un accord sur les conventions collectives échues. «Je souhaite qu’on intensifie les discussions pour conclure toutes les négociations au cours des prochaines semaines. Il faut le plus rapidement possible mettre tous nos efforts à rénover nos services en santé et en éducation mis à mal par la pandémie.»

Les conventions collectives des 550 000 employés de l’État sont échues depuis plus d’un an, soit le 31 mars 2020.

Les secteurs de la santé et de l’éducation ont reçu des propositions ciblées puisque M. Legault indique que du rattrapage devra être réalisé. «Les élèves ont manqué des jours d’école et du délestage d’opérations et de chirurgies se sont produits dans les hôpitaux. Il y aura des efforts importants à donner au cours des prochains mois. Raison de plus pour tourner la page», note le premier ministre.

Le premier ministre et la ministre responsable de l’Administration gouvernementale poussent les syndicats à trouver un terrain d’entente. «Des négociations qui n’aboutissent pas n’aident en rien nos employés et nos concitoyens», explique François Legault.

«J’invite les syndicats à mettre les bouchées doubles aux tables de négociations. Mes équipes sont prêtes dès maintenant à intensifier les rencontres.» – Sonia Lebel, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor

Les syndicats pas impressionnés

De nombreux syndicats demandent des efforts supplémentaires au premier ministre. La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) estime que le gouvernement doit bonifier son offre principalement sur les salaires et les disparités régionales. L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) considère la tentative de relations publique du gouvernement ratée.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) indique que les offres sont «largement insuffisantes».

Offres déposées

Le 31 mars dernier, le premier ministre et la ministre avaient déposé des offres patronales à l’attention du secteur de la santé, de l’éducation et du secteur public.

En santé, les offres prévoient d’embaucher 14 000 nouveaux employés, dont 3 500 infirmières, une augmentation de la rémunération des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD de 23 % et une augmentation des primes de nuit, de soir et de fin de semaine pour les infirmières.

En éducation, le premier ministre entend augmenter de 18 % la rémunération des enseignants à l’entrée et augmenter à 91 000 $ le plafond de la rémunération des enseignants au maximum de l’échelle.

Enfin, François Legault souhaite bonifier la rémunération de tous les employés de l’État de 8 % sur trois ans.

Articles similaires