National

La grève dans les CPE s’étend aux 130 institutions affiliées à la CSQ

Manifestation d'éducatrices en CPE
Manifestation d'éducatrices en CPE, le 24 novembre 2021. Photo: Josie Desmarais/Métro

À partir du 9 décembre, tous les centres de la petite enfance (CPE) dont les employées sont représentées par la Fédération des intervenantes en petite enfance (FIPEQ), un syndicat affilié à la CSQ, déclencheront une grève générale illimitée.

Les parents des quelque 8000 enfants qui fréquentent ces CPE devront donc se trouver un plan B pour un temps indéterminé. Cela s’ajoute aux CPE dont les syndicats sont affiliés à la CSN, également en grève générale illimitée depuis mercredi.

Le mandat de grève générale illimitée avait été voté à grande majorité le 24 novembre dernier alors que les 3200 travailleuses en CPE représentées par la FIPEQ-CSQ sont en négociation avec le gouvernement du Québec.

L’annonce de cette grève a d’ailleurs été retardée de quelques heures après que Québec ait convoqué ce matin les trois syndicats qui représentent des travailleuses en CPE.

Salaire des employées de soutien

Si la présidente du Conseil du Trésor, Sonia Lebel, a affirmé vendredi avoir «rejoint les objectifs et les priorités» des syndicats, ces derniers ne sont pas satisfaits.

Ils demande notamment une hausse de la rémunération des travailleuses de soutient, soit celles à la cuisine, à l’entretien et à l’administration.

Mme Lebel a assuré avoir offert 11% pour ces employés tandis que ces précédentes offres variaient de 6% à 9,3%, selon le titre d’emploi. La FIPEQ réclame en moyenne 14% pour les travailleuses de soutien.

Le premier ministre François Legault affirmaient la semaine dernière que son gouvernement ne pouvait offrir de telles hausses sans faire de même pour ceux qui œuvrent dans d’autres secteurs de la fonction publique.

Articles récents du même sujet