National

Elizabeth May: «Nous voulons collaborer»

Photo: Chantal Lévesque/Métro

Métro publie jusqu’à vendredi une série d’entrevues avec les chefs des principaux partis prenant part aux élections fédérales.
À lire aussi:
Gilles Duceppe: «C’est le Canada qui élit Harper»
Thomas Mulcair: «Il faut planifier à long terme»

Elizabeth May sait que sa formation politique ne remportera pas les élections le soir du 19 octobre prochain. Elle croit malgré tout que les verts peuvent avoir un effet positif sur la dynamique parlementaire, particulièrement dans le cas d’un gouvernement minoritaire. «Le plus de députés verts qu’il y aura au parlement, le mieux ce sera», a-t-elle dit.

Quel est votre but dans le cadre de ces élections générales?
C’est d’obtenir la balance du pouvoir. Dans notre système de politique, actuellement, il y a trop de stratégies partisanes. Le rôle des députés, c’est de s’assurer du bien-être de tout le monde. Pas de gagner des points dans un jeu politique. Nous pensons que, dans un Parlement minoritaire, nous avons de bonnes chances de faire un changement profond dans la façon de travailler ensemble. Nous avons des idées ambitieuses.

Est-ce que ce serait possible que les verts collaborent avec les néo-démocrates de Thomas Mulcair et les libéraux de Justin Trudeau…
Oui. Les verts pourraient forcer les deux hommes à travailler ensemble. La grande majorité des Canadiens ne comprennent pas que des partis qui ont des idées en commun font les choses chacun de leur côté et laissent le pouvoir à M. Harper. Si M. Harper réussit à faire élire plus de députés que les autres, sans former un gouvernement majoritaire, je vais faire un appel au gouverneur général Johnston. Je veux discuter avec les autres partis parce que M. Harper n’aura pas la confiance de la Chambre des communes. Ce sera mieux pour le Canada et mieux pour le gouvernement d’avoir un gouvernement de coalition. Pour les verts, je préfère que le caucus de députés reste un groupe d’opposition avec un engagement de protéger le gouvernement pendant les votes de confiance. Mais il y aura des conditions.

Quelles seraient vos priorités si jamais le Parti vert collaborait avec un gouvernement de coalition?
On doit changer le mode de scrutin pour aller vers un mode proportionnel et on doit réduire le pouvoir du bureau du premier ministre. C’est vraiment un homme qui prend toutes les décisions au Canada. On doit aussi éliminer la loi antiterroriste, faire des efforts sérieux pour les changements climatiques et se préparer de façon urgente aux négociations à Paris, qui vont commencer seulement 40 jours après les élections.

Avez-vous discuté de vos priorités avec M. Mulcair ou M. Trudeau?
M. Mulcair n’accepte pas de me parler. J’ai parlé avec Justin Trudeau, et le seul enjeu sur lequel nous ne sommes pas d’accord, c’est la loi antiterroriste. C’est un grand problème parce que je pense que M. Trudeau ne comprend pas le niveau de dommages pour la démocratie.

«La grande majorité des Canadiens ne comprennent pas que des partis qui ont des idées en commun font les choses chacun de leur côté et laissent le pouvoir à M. Harper.» – Elizabeth May, chef du Parti vert

Que pensez-vous des demandes du maire de Montréal, Denis Coderre?
La liste de demandes du maire de Montréal est très proche de la plateforme du Parti vert. Nous sommes du même avis pour ce qui est de Postes Canada et de Radio-Canada. Nous ne sommes pas d’accord avec le maire au sujet de l’Office national de l’énergie (NDLR: le maire réclame le respect des décisions de l’ONÉ). Nous sommes très inquiets parce que M. Harper a changé les lois sur les ONÉ en éliminant les évaluations environnementales.

Pour ce qui est du péage sur le pont Champlain, le Parti vert n’est pas en faveur, mais il n’est pas contre non plus…
Je ne veux pas prendre une position rigide. C’est une question qui concerne l’ensemble du transport à Montréal. Pas uniquement un seul pont. Si le système de transport en commun va bien à Montréal, ce n’est pas la seule raison d’avoir le péage sur le pont.

***
En rafale

Un mot pour décrire:

  • Stephen Harper? Triste.
  • Thomas Mulcair? Ambitieux.
  • Justin Trudeau? Gentil.
  • Gilles Duceppe? Amical.
  • Ce dont le Canada a le plus besoin en ce moment? Leadership.
  • Un député d’un autre parti que vous admirez? Craig Scott, le député néo-démocrate de Toronto-Danforth.
  • Votre mentor : Ma mère.
  • Qu’est-ce que vous aimez des campagnes électorales? Les gens.
  • Votre plaisir coupable pendant les campagnes électorales? Travailler avec ma fille [qui est candidate dans Berthier-Maskinongé].
  • Qu’est-ce que vous faites pour vous détendre pendant une campagne électorale? Ce n’est pas possible de se détendre.

Articles récents du même sujet