National
12:20 21 juin 2016 | mise à jour le: 21 juin 2016 à 13:42 Temps de lecture: 2 minutes

La maladresse de MATV

La maladresse de MATV

 

Les mesures positives prises pour contrer les inégalités systémiques font régulièrement l’objet de critiques. Il s’agit d’un concept fragile, souvent assimilé à tort à de la «discrimination positive», lorsqu’il n’est pas carrément accusé d’être une forme de «racisme inversé» ou de «racisme anti-blanc». Ces mesures sont pourtant nécessaires pour contrer la discrimination bien souvent inconsciente des décideurs en faveur de personnes qui leur ressemblent, sur le plan du sexe ou de l’ethnicité, et qui constitue, de façon plus insidieuse, une forme de quotas invisibles.

Ces mesures, qu’il s’agisse de quotas ou d’incitatifs comme des crédits ou des points en faveur de la diversité, sont trop souvent perçus comme des paquets de troubles par les décideurs. Ceci les amène parfois à aborder la chose de manière maladroite. Par exemple en remplaçant une personne compétente par quelqu’un d’autre sous prétexte qu’on veut faire plus de place à la diversité, comme l’a révélé Katherine-Lune Rollet, après avoir été remerciée de ses fonctions d’animatrice à la barre de Montréalité, à MATV.

Or, comme le dit la blogueuse Sonia Ghaya, «les personnes racisées ne veulent voler la place de personne, mais prendre leur place». Personne ne devrait se sentir «écoper» en raison de mesures affirmatives. En plus de mettre les personnes racisées sur la sellette pour quelque chose qu’elles n’ont pas demandé, traiter l’enjeu de cette façon ne peut que creuser le fossé entre ceux qui ne comprennent pas la nécessité de telles mesures et ceux qui sont relégués aux marges en raison de la couleur de leur peau ou de la sonorité de leur nom.

Si MATV veut faire plus de place à la diversité (ou si elle y est «contrainte» par le CRTC), elle peut certainement trouver de la place dans sa grille pour le faire. Qu’elle ait l’odieux de mettre le non-renouvèlement d’une animatrice sur le dos des personnes racisées, c’est non seulement petit, ça va à l’encontre de l’objectif visé par la manœuvre.

Articles similaires