Politique

Élections fédérales: le Bloc résiste sans créer de vague

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, tient un point de presse après le débat télévisé de TVA-LCN. Photo: Josie Desmarais/Métro

Le Bloc québécois résiste, alors que le parti d’Yves-François Blanchet est en avance dans 32 circonscriptions, soit un résultat identique à celui des élections fédérales de 2019. 

Avec un gouvernement libéral minoritaire, le Bloc pourrait être le deuxième parti d’opposition et ainsi obtenir la balance du pouvoir. Cela revêt une importance capitale pour bon nombre de partisans bloquistes. Le nombre d’élus du Nouveau parti démocratique, qui pourrait aussi détenir la balance du pouvoir, déterminera l’importance qu’aura le Bloc québécois à la Chambre des communes.

Rappelons qu’aux précédentes élections fédérales, les 32 députés bloquistes élus avaient permis au parti de récupérer son statut officiel aux Communes. Ce statut avait été perdu lors de la «vague orange» de 2011.

Pour les élections fédérales de 2021, le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, s’était fixé un objectif de 40 députés. Il n’a pas atteint cet objectif

S’adressant aux Québécois en fin de soirée, Yves-François Blanchet a d’abord blâmé le premier ministre Justin Trudeau pour le déclenchement d’élections qui auront peu changé le paysage politique. «Pas de gagnant, pas de perdant. Mais certainement un jugement sévère des gens qui se diront: « mais qu’est-ce que c’était cette histoire? Pourquoi avoir interrompu mon barbecue? »», a-t-il déclaré. 

S’il a reconnu que les résultats de ces élections étaient «à peu prêt le même» qu’en 2019 pour tout le monde, M. Blanchet s’est engagé à «en faire plus». «Notre mandat, c’est de continuer à porter le besoin et la nécessité pour nos aînés que quelqu’un quelque part en prenne soin», a-t-il ajouté.

Le chef bloquiste compte aussi se battre pour l’augmentation des resources de chacune des provinces, incluant le Québec.

Personne n’a à craindre le Bloc québécois. Ce qui est bon pour le Québec sera soutenu par le Bloc. […] Le seul moment où quelqu’un devra craindre le Bloc, c’est quand on voudra proposer quelque chose qui sera mauvais pour le Québec.»

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois

Beaucoup d’espoir malgré la baisse

Si le Bloc québécois est au beau fixe dans sa députation, les partisans bloquistes ne baissent pas les bras pour autant. Plusieurs se réjouissent d’ailleurs de la légère augmentation du vote populaire du parti, qui se situe à 8,2% (32,9% au Québec) contre 7,63% en 2019. 

Pour le candidat déchu du Bloc Québécois dans Mont-Royal, Yegor Komarov, le fait que la campagne électorale était très axée sur la gestion de la pandémie de COVID-19 a avantagé les libéraux. 

Autour de minuit, le jeune de 22 ans avait toujours espoir que le Bloc atteigne le chiffre magique de 32 sièges. «On garde espoir de garder des sièges et peut-être même d’en gagner d’autres», a-t-il dit.

Comme Yegor Komarov et plusieurs partisans bloquistes, Maxence, 21 ans, comptait sur le dépouillement du vote par anticipation pour faire des gains importants.

Il était d’avis que le vote par anticipation puisse avantager le Bloc québécois étant donné que celui-ci a été fait peu de temps après le débat en anglais, durant lequel Yves-François Blanchet a fait bonne figure selon ce partisan. «Ce n’est pas fini», a-t-il dit. 

Rappelons que le vainqueur de certaines circonscriptions ne seront connues que mardi ou mercredi en raison du vote par correspondance.

Léa, 30 ans, pense aussi que M. Blanchet a mené une bonne campagne au Québec. «Il a bien parlé aux Québécois et a montré qu’il savait les défendre», a-t-elle mentionné.

Articles récents du même sujet