Art de vivre
08:16 17 août 2020 | mise à jour le: 28 août 2020 à 08:45 temps de lecture: 3 minutes

Kamúy: le nouveau restaurant caribéen de Paul Toussaint

Kamúy: le nouveau restaurant caribéen de Paul Toussaint
Photo: Darwin DoleyresUn plat de jicama au Kamúy

Situé dans l’ancienne Taverne F dans le Quartier des spectacles, le Kamúy propose la cuisine d’inspiration caribéenne du chef Paul Toussaint depuis le 8 août dernier.

Après avoir passé trois ans aux commandes de la cuisine du restaurant Agrikol, Paul Toussaint a eu le goût de réaliser son nouveau projet: être à la fois chef et propriétaire. Avec l’aide de ses deux sous-chefs, Vincent Bolet et Ana Castillo, le chef d’origine haïtienne présente cette fois-ci une cuisine fusion caribéenne à ses clients. «On réinvente les classiques d’une cuisine fusion, en travaillant d’une manière raffinée, plus gastronomique», explique le chef Toussaint.

À manger?

Des mets frais et colorés qui expriment la belle diversité de saveurs qu’offre la cuisine des Caraïbes. Des plats tels le carpaccio de jicama explosent de couleurs et proposent aux papilles une expérience juteuse, croquante et sucrée.

Quant aux célèbres accras, ils viennent farcis de différents ingrédients, et s’accompagnent bien sûr de la traditionnelle sauce Chien. Les moins habitués de la cuisine des Caraïbes pourront découvrir des plats comme le tamal; une papillote garnie d’un curry de chèvre et d’une semoule de maïs enroulée d’une feuille de bananier et cuite à la vapeur.

Un plat de tamal

Pour les amateurs de saveurs douces, sucrées, mais tout de même audacieuses, les dombrés sont tout indiqués! Ces petits dumplings de patate douce (qui ont une apparence semblable à celle des gnocchis) baignent dans une bisque à la noix de coco et s’entremêlent de morceaux de pieuvre grillée. Un délice!

À boire?

Élaborée par la mixologue Valérie Chagnon, la carte des cocktails vient appuyer la philosophie du chef Toussaint. Principalement réalisées à base de rhum, de mezcal et de fruits exotiques, les boissons sont recherchées et complexes, et elles embaument d’enivrants parfums des îles.

Quant à la carte des vins, elle n’est pas en reste! Audacieuse, voire même un peu «funky», on y retrouve des vins nature de toutes les couleurs et de toutes origines. Une courte sélection de vins doux permet aussi de faire des accords mets/vins intéressants jusqu’au dessert.

À voir?

Le chef Toussaint souhaite qu’à travers Kamúy, la culture des Caraïbes rayonne, en passant par la nourriture, mais aussi par l’art. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on peut y observer les œuvres de l’artiste Oski (Olivier Vilaire) qui signe l’expérience visuelle du restaurant.

Intérieur du restaurant Kamuy

La conception architecturale quant à elle a été pensée par Sophie Buteau. Au fil du temps, les clients du Kamúy pourront observer sur les murs et dans l’espace, des œuvres du photographe Darwin Deleyres, des sculpteurs Remy-Jean-Eddy (Franco) et Normand Hamel, ainsi que du graphiste Williamson Dulcé.

Pour ce qui est du plaisir des oreilles, il n’a pas été oublié! Chaque semaine, des artistes offriront des performances musicales, créant ainsi une ambiance festive et joyeuse parfaite pour célébrer la beauté des Caraïbes.

Kamúy, au 1485 rue Jeanne-Mance, à côté du Musée d’art contemporain

Articles similaires