Art de vivre
19:19 12 août 2013 | mise à jour le: 23 octobre 2013 à 21:17 temps de lecture: 3 minutes

Déséquilibre chimique

Déséquilibre chimique
Photo: Métro

À en croire les sociétés pharmaceutiques, beaucoup d’entre nous traversent la vie avec un déséquilibre chimique au cerveau. À ce compte-là, c’est étonnant que nous puissions fonctionner!

En vue de commercialiser les antidépresseurs, les fabricants décrivent souvent la dépression ou l’anxiété comme des déséquilibres chimiques qui peuvent être résorbés grâce à leurs merveilleux produits. Si seulement c’était aussi simple…

J’encourage souvent mes clients, et parfois avec insistance, à obtenir une ordonnance d’antidépresseurs. Ces médicaments ont changé la vie de bien des gens. Cependant, les réactions diffèrent d’une personne à une autre, et plusieurs passent des années à chercher le bon dosage, en vain. C’est parce que, d’une part, leurs symptômes ne sont pas causés par un déséquilibre chimique; et d’autre part, un médicament ne règle pas toujours ce qui ne va pas.

Certains sont plus vulnérables à la dépression ou à d’autres troubles psychologiques à cause de l’interaction entre leur biologie, leur éducation et ce qu’ils sont en train de vivre. Mais dire qu’ils souffrent d’un déséquilibre chimique n’est pas logique. Tout ce qui se passe dans le cerveau est soumis à des changements biochimiques. Les humeurs, les attitudes, l’estime de soi, et même le simple fait de se rappeler ce qu’on a mangé pour déjeuner sont des choses que le cerveau gère par des moyens chimiques.

Les facteurs biochimiques jouent un rôle dans bien des cas de dépression, mais le cerveau est aussi affecté par les événements courants et les expériences à long terme. Ainsi, les soucis financiers peuvent être un lourd fardeau pour certains et mener ces personnes à une humeur dépressive, même si le fonctionnement chimique de leur cerveau est tout à fait normal.

Comme l’humeur prend sa source dans le cerveau, et comme les événements influent sur l’humeur, cela signifie que les événements modifient la chimie du cerveau. Si j’étais déprimé après le décès d’un être cher, vous pourriez observer les changements dans mon cerveau par imagerie cérébrale. Mais vous pourriez aussi en voir les signes sur mon visage. Ça ne prend pas de l’équipement de haute technologie pour voir des larmes couler… Un bon traitement, pharmaceutique ou psychologique, peut néanmoins atténuer ces signes.

La médication est une option importante et valable, mais ce n’est pas parce que des déséquilibres chimiques sont à la source de la plupart des problèmes. Les événements de la vie, alliés à la façon dont nous les vivons en fonction de notre personnalité, influencent constamment notre humeur. En augmentant le taux de sérotonine dans notre cerveau, les médicaments peuvent atténuer les symptômes de dépression et d’anxiété, mais ils ne peuvent pas rééquilibrer complètement nos vies.

Articles similaires