Art de vivre
21:51 8 juin 2016

Jerry Ferrer: Le nouveau roi de la patate

Jerry Ferrer: Le nouveau roi de la patate
Photo: Josie Desmarais/Métro

Dans quelques années, les Québécois diront-ils «on va Chez Jerry» comme ils disent «on va au McDo» ou «on va à la Belle Pro»?

C’est possible, puisque le chef français Jérôme Ferrer, du réputé restaurant Europea, débarque en grand dans le monde de la restauration rapide, avec, en plus de ses deux camions de bouffe de rue, une chaîne de casse-croûte du terroir baptisée Chez Jerry.

Une douzaine de franchises sont prévues un peu partout au Québec, dont une à Montréal dans l’immeuble du Rocabella, près du Centre Bell, en plus de celle de la côte du Beaver Hall, dans le quartier des affaires, ouverte depuis quelques mois.

Les foodies rouleront sans doute les yeux en lisant que Chez Jerry offre une réinterprétation gastronomique et locavore des grands classiques de la patate graisseuse. Oui, c’est vrai, le concept a été exploité à mort dans tous les pubs-gourmands-avec-serveur-à-barbe de ce monde. Mais dans un vrai contexte de restauration rapide et dans cette gamme de prix? Pas tant.

Le souper pour deux personnes – taxes, dessert et pichet de bière (à 10 $, en 5 à 7!) inclus – nous a couté 41$. Non, ce n’est pas une faute de frappe.

La poutine «ribfest» nous a bien plu, avec sa sauce parfumée aux truffes qui se marie à merveille au fromage en grains. Les patates frites sont juste assez graisseuses pour être satisfaisantes. Les trois côtes levées, fumées, sucrées et tendres à souhait, ont l’effet secondaire regrettable de nous encourager à finir l’assiette (sérieusement, ne faites pas ça, les portions sont vraiment généreuses).

Le burger «Le Big Jerry» supplante presque tout ce qu’on peut trouver chez les franchisés américains, avec une bonne boulette au goût de charbon de bois, une mayonnaise au citron confit et un pain maison brioché au pavot. Nous aurions par contre aimé pouvoir choisir le degré de cuisson de la viande.

BOUFFE_Chez Jerry_encadré

L’ambiance est décontractée. Les serveurs portent la chemise à carreaux, les plats sont servis dans des poêles avec un papier à damier rouge, et le restaurant vous propose même un jeu de basketball dans les toilettes.

Est-ce que c’est à se rouler par terre? Non (à noter qu’on aurait voulu rouler par terre plutôt que de marcher, étant donné qu’on avait beaucoup trop mangé). Mais pour à peine deux ou trois dollars de plus qu’un McTrio, gageons que Chez Jerry jettera un pavé dans la mare du marché des heures de lunch.

En résumé

  • L’occasion – Dîner d’affaires décontracté ou bouchée rapide entre deux sorties.
  • Les prix – Repas au comptoir entre 10 $ et 14 $, de 13 $ à 30 $ en table d’hôte.
  • Décor et ambiance – Rustique et relax (bois de palette, affiche vintage du Canadien, écriteaux comiques).
  • Nous avons aimé – Excellent rapport qualité-prix, service rapide, voire instantané.
  • Nous avons moins aimé – Le restaurant semble encore en rodage. Des plats sur le menu (déjeuners) ne sont pas encore disponibles. La machine à crème glacée fonctionnait mal et produisait une crème
    presque liquide.

Jerry Ferrer – Casse-croûte du terroir par Europea
1083, Côte du Beaver Hall

Articles similaires