Art de vivre
10:27 10 juin 2020 | mise à jour le: 10 juin 2020 à 10:27

Du camping au Québec, l’option préférée de 2020

Du camping au Québec, l’option préférée de 2020
Photo: Collaboration spéciale Roulottes GauthierLes Québécois redécouvrent le plaisir de camper

Lorsque la ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, a annoncé que la réouverture des établissements de camping serait le 1er juin, pas moins de 90 000 internautes ont visité le site de la Sépaq.

Après trois mois de confinement, les Québécois attendaient impatiemment une telle annonce de leur gouvernement. Comme les frontières internationales ne sont pas encore ouvertes et les déplacements interprovinciaux ne sont pas encouragés, le choix pour les vacances est limité. On comprend l’engouement des Québécois et la ruée vers la réservation de campings au Québec.

Du côté de la Sépaq, on avait vu venir la chose. «Les dernières six semaines ont été folles, nous dit Simon Boivin, responsable des relations avec les médias. Il a fallu annuler les réservations de début de saison et en même temps, on se préparait à une éventuelle réouverture en élaborant des mesures respectant les consignes de la santé publique.»

Depuis le 1er juin, on peut maintenant réserver des sites de camping, des chalets ou des installations de prêt-à-camper. Habituellement, l’ouverture de la saison estivale se situe autour de la fête des Patriotes. «On a près de deux mois de retard; pas étonnant que nous ayons eu beaucoup de réservations en même temps dans la dernière semaine de mai, nuance le porte-parole de la Sépaq, heureusement le gros de la saison se situe surtout en juillet et août.»

Davantage de Québécois sur les sites

Avec l’ouverture incertaine des frontières et l’inquiétude des voyageurs, les campeurs en provenance de l’extérieur du Québec se feront plus timides. Déjà plusieurs d’entre eux ont annulé leurs réservations ou ne se sont pas encore manifestés. «Ce qu’on perd en clientèle internationale, on va le gagner en clientèle locale. On a remarqué que les gens se sentent plus rassurés par des vacances au Québec; il y a un grand engouement pour rester ici et profiter de nos beaux paysages», mentionne Simon Boivin.

Une expérience modifiée

Le responsable de la Sépaq admet toutefois que les nouvelles mesures de sécurité liées à la COVID-19 changeront l’expérience du campeur. Parmi les nouvelles directives, il est impossible d’installer deux tentes sur un même site ou une roulotte et une tente, si on fait partie de deux unités familiales distinctes. C’est aussi dire qu’il n’est pas permis pour une mère et sa fille ne demeurant pas à la même adresse de partager une tente ou une autre unité locative. Il faudra aussi s’en tenir à 10 personnes maximum et 3 familles à l’heure des repas et respecter les 2 mètres de distanciation sociale.

Les réservations de sites, les droits d’accès ainsi que les droits de pêche devront être réservés en ligne en 2020.

Du côté des services, des mesures d’hygiène préventive seront instaurées, notamment pour les toilettes et les douches. Certains services n’ont pas encore eu le feu vert du gouvernement et sont à prévoir dans les prochaines semaines, comme l’ouverture des plages et le prêt d’équipement de sports et de loisirs.

Traîner sa maison

Les sites de vente et de location de roulottes ont aussi été pris d’assaut après l’annonce de la ministre du Tourisme. Chez Roulottes Gauthier, à Saint-Jérôme, on a rarement vu autant de demandes en si peu de temps. «Au niveau des locations surtout, depuis le 1er juin. De cinq à six fois plus qu’en moyenne à cette date-là», affirme Alexandre Gauthier, copropriétaire du commerce. «Beaucoup sont de nouveaux amateurs qui n’avaient jamais vécu l’expérience d’un camping en roulotte avant et qui ont envie de se lancer cette année».

M. Gauthier croit que rester dans ses propres installations est un aspect rassurant pour les vacanciers.

L’entreprise a instauré un protocole de désinfection des roulottes rigoureux pour protéger la clientèle des risques de contagion. Il en coûtera 70$ de plus par location pour assurer le nettoyage des roulottes.

«Plusieurs ont décidé de prendre leur budget vacances qu’ils avaient prévu pour partir à l’étranger et le mettre dans l’achat d’une roulotte. C’est facile de s’isoler quelque part en nature et de décrocher en toute sécurité», ajoute M. Gauthier.

Pour connaître les règlements de sécurité de la Sépaq, rendez-vous sur son site web.

Articles similaires