Culture

Julie réagit aux accusations

Marc-André Lemieux, Métro

Julie Snyder s’est défendue d’exploiter les participants à Star Acadé­mie à l’aide de contrats abusifs, hier, lors d’une conférence de presse.

C’était la première fois que l’animatrice commentait publiquement les termes des ententes que sa société de gérance, Productions J, fait signer aux aspirants chanteurs à leur entrée à l’Académie.

Snyder a admis que les contrats prévoyaient des redevances de l’ordre de 40 % sur l’ensemble des revenus gagnés par l’artiste. Elle a toutefois souligné que Produc­­tions J ne s’était jamais prévalue de cette clause.

C’est ainsi qu’à la première édition du concours, les commissions variaient de 4,3 à 21,5 %, tout dépendant de la quantité de travail et de temps investis dans la carrière du protégé.

«En 2003, chaque artiste ayant participé à Star Acadé­­mie est sorti avec en moyenne 166 000 $ dans ses poches», a noté l’ex-démone, qui s’était visiblement bien préparée à répondre aux questions pointues concernant toute l’affaire.

Toujours selon les chiffres divulgués par l’entreprise, en 2004, Productions J se réservait une part moyenne de 26 % sur les sommes gagnées par ses clients. Une proportion qui s’est élevée à 35 % en 2005.

Pendant cette période, les gains des Académiciens, eux, étaient à la baisse, passant de 62 000 à 42 000 $.

«Je préférais ne rien dire, parce que je jugeais que c’était délicat de parler de contrats privés, mais c’était une erreur parce que les rumeurs finissent par devenir des réalités, a dit Julie. Au bout du compte, ça nous a causé du tort.»

Le cas Thibert

La sortie publique de Julie Snyder est survenue quelques mois après le passage de Marie-Élaine Thibert à Tout le monde en parle.

Rappelons qu’en février, l’ex-académicienne avait dit à Guy A. Lepage qu’en dépit d’avoir vendu 400 000 CD, elle devait économiser pour s’acheter une maison.

«Je ne vais pas dévoiler ce que Marie-Élaine Thibert a reçu depuis sa sortie de l’Académie en 2003, mais je peux juste dire que ç’a été plus payant pour elle de faire Star Académie que d’avoir gagné le gros lot au Banquier… Et il ne faut pas oublier que certains soirs, on joue pour 750 000 $», a répliqué Snyder.

«Quand t’es un artiste qui réussit au Québec, t’es pas comme Madonna : tu ne peux pas t’acheter trois ou quatre châteaux un peu partout dans le monde, a poursuivi l’animatrice. Je ne crois pas que Marie-Élaine est exploitée et qu’elle va pouvoir jouer Cosette dans Les Misérables.»

Articles récents du même sujet