Culture

Benoît McGinnis : Prendre les devants

marc-andré lemieux, métro

À l’adolescence, Benoît McGinnis ne faisait pas beaucoup de bruit. À l’école, il évitait le feu des projecteurs.

«J’étais de nature plutôt réservée», dit l’acteur qui, dans Le banquet, incarne un étudiant qui semble chercher l’attention à tout prix. Un universitaire qui provoque et harcèle sans relâche son professeur.

«[Mon personnage] me faisait penser aux gens au secondaire qui faisaient leur gros show en classe. Ceux qui avaient besoin de prendre de la place en écÅ“urant les autres», dit le comédien de 30 ans.

Pour mieux se glisser sous les traits de son personnage, McGinnis lui a inventé une histoire qui expliquerait la raison de ses agissements.

«Je ne voulais pas faire un freak fini, précise-t-il. Le gars, son grand désir, c’est d’entrer en communication avec le monde. Le problème, c’est qu’il ne sait absolument pas comment s’y prendre.»

Même s’il ne sera jamais aussi extraverti que son personnage du Banquet, Benoît McGin­nis affirme avoir fait du chemin depuis l’époque où il préférait passer inaperçu. «Le jeu m’a aidé à m’ouvrir, à parler au monde, à prendre les devants», dit le finissant de l’École nationale de
théâtre.

Prendre les devants, c’est exactement ce que l’acteur fera au cours des prochains mois, avec des premiers rôles au théâtre et au petit écran.

En octobre, on pourra le voir dans Bob, une création du Théâtre d’aujourd’hui. En avril 2009, il jouera Mozart dans Amadeus chez Duceppe. René Richard Cyr assure la mise en scène des deux pièces.

À la télévision, en plus de son rôle dans Les hauts et les bas de Sophie Paquin, le bourreau de travail participe présentement au tournage d’Aveux, une série qui prendra l’antenne l’année prochaine à Radio-Canada.

Dans la dramatique, dont les textes sont signés par Serge Boucher, McGinnis incarnera le meilleur ami du personnage principal (interprété par Maxime Denommée), qui revient à la maison après être disparu pendant plus de 15 ans.

Articles récents du même sujet