Culture

Faire vibrer le public

Faire vibrer le public
Photo: GracieusetéLou-Adriane Cassidy a sorti son premier album, C’est la fin du monde à tous les jours à l’hiver.

Nominée à deux reprises lors du récent Gala de l’ADISQ, l’auteure-compositrice et interprète Lou-Adriane Cassidy est en spectacle dans le Sud-Ouest de Montréal.

Au lendemain du gala, l’artiste ressentait un mélange de surprise et de joie.

La jeune femme de 21 ans, originaire de Québec, est étonnée d’être finaliste dans la catégorie Révélation de l’année qui a été remportée par la pianiste Alexandra Stréliski. «Je suis vraiment contente, c’est un rêve», dit-elle.

Lou-Adriane s’est inclinée face au monument que représente Ginette Reno dans le volet artiste contemporaine de l’année.

En février dernier, son opus C’est la fin du monde à tous les jours a reçu un bel accueil du public et des critiques.

Sur scène

Lou-Adrianne Cassidy interprètera les chansons de son album lors d’un concert à la Maison de la culture Marie-Uguay, le 7 novembre. «C’est un spectacle intime, émouvant, parfois en montagne russe qui est près de mes propres émotions», ajoute-t-elle.

Plusieurs journalistes ont vanté son charisme et son authenticité sur scène. «J’ai toujours voulu faire ce métier. Je n’en reviens pas d’en être à mon premier album et de réaliser cette tournée.»

Elle puise son influence dans la chanson française traditionnelle, la musique pop et québécoise.

Rémunération

La récente sortie de Pierre Lapointe au Gala de l’ADISQ l’interpelle. Le chanteur a déclaré avoir reçu à peine 500 $ (finalement il s’agit d’un montant de 2 000$) pour 1 million d’écoutes sur les plateformes numériques comme Spotify et YouTube.

«Cela n’a pas de bon sens, dit Lou-Adriane Cassidy. Ce n’est pas si compliqué de trouver une façon de rémunérer équitablement les artistes.»

Lou-Adriane évoque l’idée d’une loi pour encadrer ces nouvelles technologies. «On vend de moins en moins d’albums et ces écoutes deviennent souvent notre source de revenus.»

Au lendemain de l’ADISQ, la plateforme de musique Spotify annonçait un chiffre d’affaires de 113 M$ en hausse de 31% réalisé en grande partie grâce à 248 millions d’abonnés.

En attendant, elle se concentre sur la chose la plus importante: faire vibrer les gens à chaque représentation. «Sentir que je les ai touchés par mes chansons, c’est immense pour moi», confie-t-elle.

Lou-Adriane Cassidy, sera sur scène, ce  jeudi 7 novembre, à la Maison de la culture Marie-Uguay (6052, boul. Monk). 19h30 à 21h30.

Infos: marieuguay.tuxedobillet.com