Culture
11:50 7 mai 2020 | mise à jour le: 7 mai 2020 à 16:38

COVID-19: «il faut réinventer la culture», implore la ministre Nathalie Roy

COVID-19: «il faut réinventer la culture», implore la ministre Nathalie Roy
Photo: Pablo Ortiz/MétroLa ministre de la Culture, Nathalie Roy, en septembre dernier, au Théâtre du Nouveau Monde.

«Il faut réinventer la culture». C’est ce qu’a soulevé jeudi la ministre de la Culture, Nathalie Roy, lors d’un débat virtuel avec des élus de l’opposition qui l’ont vivement critiquée pour son manque de proactivité. Québec s’engage à lancer de «nouveaux programmes» ainsi que des appels à projets «repensés» pour soutenir les créateurs qui sont au bord du gouffre financier.

«On pense en-dehors de la boîte, de façon différente, puisque c’est certain qu’on peut oublier les grands rassemblements et les grandes salles. […] Toutes les avenues sont étudiées. On est très conscients que les artistes sont touchés au premier chef», martèle la ministre. Elle affirme que des demandes financières seront déposées à la mi-mai au cabinet du ministre des Finances, pour approbation.

Selon elle, près de 110 M$ – dont 70 M$ «d’argent neuf» – ont été investis dans le milieu de la culture depuis le début de la crise. «Plus de 1000 entreprises ont reçu des sommes en devancement, pour un total de 60 M$, affirme l’élue. On a aussi alloué 50 M$ de plus à la SODEC pour aider les entreprises culturelles

«Je comprends qu’il y ait un manque d’information. Mais je ne peux pas en donner plus que ce que je reçois. Vous m’en voyez extrêmement frustrée.» -Nathalie Roy, ministre de la Culture

La députée de Verdun et porte-parole libérale en matière de culture, Isabelle Melançon, s’est dite peu satisfaite par la position du gouvernement.

«Plusieurs entreprises sont au bord de la faillite. On va devoir les aider. Les créateurs sont les véritables héros de notre culture. Ils ont besoin de réponses.» -Isabelle Melançon, députée libérale de Verdun

Quelles sommes du fédéral?

À la mi-avril, se disant conscient de «l’effet dévastateur» de la pandémie, le gouvernement Trudeau lançait un programme d’aide d’urgence de 500 M$ pour soutenir le milieu de la culture. D’après les données du fédéral, les pertes s’élèvent à 4,4 G$ et à environ 26 000 emplois au pays, en un mois seulement. Ces chiffres grimpent à 13,2 G$ et à 81 000 emplois perdus si la crise sanitaire dure encore trois mois.

«Si le confinement perdure, nous pouvons nous attendre à ce que l’industrie créative du Canada subisse des pressions financières croissantes et très importantes.» -Steven Guilbeault, ministre du Patrimoine canadien

«Le problème, c’est qu’on ne sait pas encore combien va revenir au Québec. De l’argent, nous irons en chercher s’il y a davantage de besoins», avance Nathalie Roy à ce sujet, ajoutant que «plus de 10 M$» sont aussi injectés dans les médias, chaque mois, par l’achat de publicités notamment.

Québec, qui dit avoir sondé des dizaines de secteurs de l’industrie, doit présenter son plan de reprise de la culture incessamment. «Mon souhait est que certaines entreprises et domaines puissent reprendre leurs activités dès le mois de juin, qu’il y ait des spectacles cet été en quelque part», réitère la ministre Roy, se disant toutefois «tributaire» des décisions de la santé publique.

Une table métropolitaine sur la culture

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a annoncé jeudi la création d’une table métropolitaine sur la culture qui agira comme «organisme de concertation» entre le gouvernement provincial, les municipalités, le monde des affaires et le secteur culturel.

«Déjà vulnérable en temps normal, le milieu artistique doit profiter d’une vision métropolitaine pour trouver des voies de sortie à la crise.» -Chantal Deschamps, mairesse de Repentigny, qui présidera ce nouveau comité.

Le premier mandat de la table, indique la CMM, sera de «documenter la situation» et de recommander des «mesures d’urgence supplémentaires ou complémentaires» aux autorités provinciales. À terme, un plan d’action métropolitain sera envoyé à Québec, afin de favoriser la relance de l’industrie.

Articles similaires