Culture

DIG! pour lutter contre les inégalités de genre dans la musique

DIG
Photo: iStock

Face aux inégalités qui n’épargnent pas l’industrie musicale québécoise, cinq organismes ont choisi d’unir leurs forces avec DIG! (Différences et inégalités de genre dans la musique au Québec). Il s’agit de F*emmes en musique, MTL Women in Music, shesaid.so MTL, Lotus Collective Mtl Coop et la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec.

Lancé au printemps à l’initiative de Vanessa Blais-Tremblay, professeure associée au Département de musique de l’UQAM, DIG! souhaite ainsi sensibiliser à «l’urgence de s’attaquer aux inégalités du milieu». Pour ce faire, le nouvel acteur veut soulever différents enjeux, tels que la représentativité, l’appartenance, la pérennité, la protection juridique, la précarité, la formation ou encore la reconnaissance du talent et de l’expertise.

Dès le vendredi 1er octobre, DIG! lancera sa cartographie inclusive Ressources en musique au Québec. Cet outil regroupera les savoirs, ressources et initiatives pour pallier les «disparités et inégalités structurelles». Celui-ci sera régulièrement mis à jour.

L’objectif de cette première initiative est donc de permettre aux artistes marginalisé·e·s de trouver des repères dans un écosystème complexe.

DIG! pour faire avancer les choses

Selon Marcelle Partouche Gutierrez et Monica Paraghamian, cofondatrices de Lotus Collective Mtl Coop, l’industrie de la musique opère en effet «depuis trop longtemps sur un système de hiérarchie structurelle qui discrimine non seulement des communautés spécifiques au genre et issues de la diversité, mais obstrue aussi une communication fluide entre les différents acteurs et secteurs de cet écosystème».

Pour elles, cette cartographie servira à «mieux intégrer les besoins spécifiques des musicien·ne·s dans un contexte plus large, procurant de la clarté et une perspective d’ensemble dans un langage accessible et une optique de centralisation des connaissances».

«Il est grand temps que le milieu universitaire et les milieux artistique, associatif et communautaire fassent front commun en ce qui concerne l’équité, la diversité et l’inclusivité dans la musique au Québec. […] On travaille en concertation justement dans le but de développer et de diffuser aussi largement que possible des outils, ressources et stratégies qui favoriseront une vie musicale plus saine pour les publics et les travailleur·euse·s du secteur musical québécois», promet enfin Vanessa Blais-Tremblay.


Quelques chiffres mis en lumière par DIG!

  • Les chansons interprétées par des femmes atteignent le top 10 de la station de radio CKOI dans 1% des cas depuis 2010.
  • 30% des membres de la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec sont des femmes.
  • Les femmes sont sous-représentées en tant que batteuses (4%), contrebassistes (10%), trombonistes (10%), trompettistes (11%) et timbalières (16%).
  • Moins de 10% des postes en composition musicale sont occupés par des femmes dans les institutions d’enseignement supérieur au Québec.

Articles récents du même sujet