Culture

Une leçon de cinéma avec Jane Campion

Jane Campion
Jane Campion lors de sa classe de maître pour le FNC Photo: Josie Desmarais/Métro

Invitée à Montréal par le Festival du nouveau cinéma pour présenter The Power of the Dog et recevoir une Louve d’honneur, Jane Campion a aussi donné une classe de maître. Retour sur quelques citations de la réalisatrice néo-zélandaise qui s’adressait aux cinéphiles présents au Cinéma Impérial jeudi.

Être cinéaste est une lutte formidable!

Jane Campion est entrée en scène et a immédiatement généreusement salué les festivaliers qui venaient de l’ovationner. En s’adressant à l’auditoire, elle souhaitait savoir combien de cinéastes étaient dans la salle.

J’aime les contes de fées, leur atmosphère et la façon dont ils se connectent à notre psyché.

Après qu’on lui a demandé pourquoi elle avait commencé par étudier l’anthropologie, Jane Campion a évoqué les écrits de Claude Lévi-Strauss sur les mythes.

L’inspiration et la peur sont la clé.

Jane Campion est ensuite revenue sur son parcours dans une école d’art en Australie, où, dit-elle, il y avait autant de femmes que d’hommes.

Je ne prends pas de décision avec ma raison, mon cerveau, mais avec ma psyché.

Elle parlait alors du female gaze et de son expérience avec La leçon de piano. Grâce à ce long métrage, elle est devenue la première femme à recevoir la Palme d’or à Cannes en 1993.

La sensibilité est probablement la chose que je chéris le plus.

Jane Campion a abordé la question de la direction d’acteurs, et notamment d’actrices. C’est elle qui a extrait Meg Ryan des clichés des comédies romantiques avec In the Cut en 2003. La cinéaste a ensuite expliqué comment Benedict Cumberbatch et Jesse Plemons ont dû explorer une nouvelle façon de jouer, à l’opposé des rôles auxquels on a l’habitude des les voir, dans The Power of the Dog.

Ma soeur (et ma psyché) est ma boss!

Jane Campion s’est confiée sur ses liens avec sa soeur, Anna Campion, avec qui elle a coécrit Holy Smoke. Le sujet des duos, des relations familiales, est récurent dans sa filmographie.

Il faut prendre des décisions difficiles. Celles-ci peuvent toutefois avoir un côté excitant.

The Power of the Dog, In the Cut, Bright Star… Plusieurs de ses films sont des adaptations de romans et le travail de transposition résulte de choix à faire.

L’égalité me tient à cœur. Il y a peu de femmes qui sont restées dans le métier aussi longtemps que moi, mais aujourd’hui, je vois des changements.

Pour Jane Campion, les femmes font la différence dans l’industrie du 7e art. Elle s’est réjouie de ne plus être la seule récipiendaire féminine d’une Palme d’or depuis que Julia Ducournau en a obtenu une cette année pour Titane.

Je pensais qu’il y avait plus de liberté dans les séries, mais je me trompais.

Jane Campion a conclu la classe de maître sur sa série Top of the Lake.

J’ai hâte de voir vos films!

Articles récents du même sujet