Culture

De passage au Québec, Mika veut nous rapprocher par la musique

Mika lors de son spectacle au Centre Bell, le lundi 25 avril 2022
Mika lors de son spectacle au Centre Bell, le lundi 25 avril 2022 Photo: Bertrand Exertier

Mika a passé la semaine au Québec, pour offrir des spectacles à Montréal (lundi), à Québec (mercredi) et à Saguenay (jeudi) dans le cadre de sa tournée For The Rite of Spring. «C’était dé-ment», s’est-il emballé en entrevue avec Métro, au lendemain de son passage au Centre Bell. Discussion à bâtons rompus sur la musique, la diversité et l’empathie, des thèmes chers à l’idole internationale.

Mika, tu viens souvent rendre visite aux Québécois.es, tu as participé à Star Académie, à En direct de l’univers… Qu’apprécies-tu chez nous?

«Je trouve ici une chaleur humaine, une générosité d’esprit qui me plaît. Quand on se sent bien, on a envie de revenir. On me tend la main, je tends la main, on se retrouve. Le lien que j’ai avec le Québec et le Canada est différent de celui que j’ai avec les États-Unis ou la France. Ce sont des émotions différentes. Je me suis fait une promesse, dans ma carrière: que j’allais investir et travailler chaque territoire d’une manière différente. Je réalise que ce rapport distinctif est un peu le secret de ma carrière après 17 ans. Et je m’amuse!»

Mika, accompagné d’Ariane Moffatt, lors de son spectacle au Centre Bell, le lundi 25 avril 2022
Crédit : Bertrand Exertier

Tu as toujours prôné diversité et inclusion dans ton œuvre. Tes actuels spectacles sont la continuité de ta collaboration avec Indeed et de ta tournée de l’an dernier, la Soundtrack of Empathy, qui s’inscrivait dans le cadre du Pride Month. Pourquoi cet investissement te tient-il à cœur?

«Indeed a compris que la musique est une manière de provoquer l’empathie, d’exprimer des choses difficiles à formuler avec des mots. Juste en choisissant quelques titres pour exprimer qui on est, on peut dire énormément sur nous-mêmes. On continue avec des tournées, pour pouvoir continuer le dialogue, et développer cette idée qu’on peut être plus tolérants et transparents en utilisant la musique. En ce moment, je trouve que c’est un très beau message.»

Pourquoi spécialement en ce moment?

«On s’est éloignés un peu, les uns des autres. La musique aide à baisser les armures entre nous tous. J’ai vu hier [lundi, au Centre Bell, NDLR] un public très joyeux, généreux. C’est incroyable, quand même, quand on pense à ce qui s’est passé depuis deux ans.»

Mika lors de son spectacle au Centre Bell, le lundi 25 avril 2022
Crédit : Bertrand Exertier

Considères-tu que ton public est très ouvert à la diversité?

«J’aime bien le penser. Évidemment, je ne peux pas parler pour mon public. Mais j’aime bien penser qu’on se retrouve avec une énergie, une ouverture et une générosité d’esprit, une tolérance qui sont très importantes. J’aime penser que mon public en est un tolérant.»

Et toi, estimes-tu être un artiste très engagé?

«Je trouve qu’il est important de parler des choses qui nous tiennent à cœur, de défendre ce qu’on pense. Je ne pense pas que les artistes doivent être silencieux. Par contre, il ne faut pas tomber dans une rhétorique politique. Il faut toujours rester au service de l’émotion, et raconter des histoires pour pouvoir promouvoir la tolérance et l’émotion. On a perdu ce côté, celui de l’artiste engagé. Quand on pense aux années 60 ou 70, l’importance de l’artiste engagé était immense.»

Mika poursuivra sa tournée For The Rite of Spring en Europe dans les prochaines semaines. L’artiste travaille également à un nouvel album, dont il garde la date de sortie encore secrète. Pour plus d’informations sur ses activités, on consulte son site Web (mikasounds.com).

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet