Arts et spectacles

«Classique»: tassez-vous, Cathy Gauthier en a gros sur le cœur!

Cathy Gauthier se fait décapante dans son quatrième spectacle, "Classique"
Cathy Gauthier se fait décapante dans son quatrième spectacle, "Classique" Photo: Franca Perrotto

Elle se dit Classique dans son nouveau titre, mais ne vous y trompez pas: Cathy Gauthier décape dans son quatrième one woman show, qui s’avère d’une audace et d’une vérité absolument réjouissantes et libératrices. Oreilles chastes, s’abstenir; les autres, lâchez votre fou et profitez-en, Cathy n’est pas chiche de son franc-parler.

L’Abitibienne met le paquet pour nous défouler collectivement et vider son sac à grands coups de textes salaces, coups-de-poing, sans gêne aucune et tellement bien imagés. Les femmes, particulièrement les jeunes mamans, s’y reconnaîtront bien. Un exutoire plus que bienvenu en ces temps moroses.

Seulement dans les 15 premières minutes de ce (grand) cru comique tout frais sablé, qui a fait crouler de rire l’Olympia de Montréal en grande première mardi, Cathy évoque l’idée de «faire le ciseau à Dolbeau» avec son amie de longue date Silvi Tourigny (qui assure sa première partie), suggère que l’idée de tomber enceinte une deuxième fois lui tente autant «qu’un coup de graine d’Éric Salvail dans la face» et compare son accouchement au tunnel La Fontaine congestionné à l’heure de pointe. Accouchement, avouera-t-elle, qui lui a laissé en héritage «des pertes pas claires…»

Choquant? On n’avait encore rien entendu. Ça commence déjà puissamment aux premières secondes alors que notre baveuse assumée en décoche une bien placée à l’endroit de «l’affaire» Maripier Morin – Safia Nolin, en se rappelant l’époque lointaine de… 2020.

«Dans le temps qu’on sortait dans un bar, qu’on mordait une amie… et… fin de l’anecdote! […] Nous autres, on n’appelait pas ça une agression, on appelait ça un vendredi!», lance l’artiste, qui n’a apparemment pas peur de la controverse.

Vous l’aurez compris, on ne fait pas dans la dentelle. Qu’on soit d’accord ou pas, Gauthier a au moins le courage de ses opinions.

Cathy Gauthier sur scène / Franca Perrotto

Dentier et libido                    

Sur scène, Cathy gueule, hurle et dégaine ses gags joyeusement grossiers à vitesse grand V. Classique, son stand up l’est, oui, et le punch de chaque ligne vise dans le mille. On réitère, c’est vulgaire, sans vernis, mais c’est hilarant. Cathy Gauthier est une bête de scène capable de nous faire vivre ses situations, qu’elle parle de sexe ou de maternité.

Jusqu’où va-t-elle? Très loin. Mais dans sa bouche, tout semble permis. Peu importe le sujet: un dentier inséré à un endroit douteux, un «congé» de maternité qui n’en est pas un, les parties de son corps devenues sèches à cause du Purell et à son accouchement, son peu de libido versus le trop-plein de son homme – «J’ai l’impression d’avoir un pénis de Damoclès au-dessus de la tête», clame-t-elle, avouant du même coup être extrêmement fière de cette blague –, ses hémorroïdes post-accouchement, ses colères post-partum et prémenstruelles…

Ça se termine dans une tirade où se chevauchent masturbation et fellation, avec moult détails vantant les mérites de la douche-téléphone, d’une «paille dans un p’tit jus»… et une finale qui sait se faire désirer. Pas pour les enfants de chœur, qu’on disait.

Classique arrive après deux ans de pandémie et une besace de scène assez remplie pour celle que Dominique Michel avait prise sous son aile à ses débuts. De 100% vache folle (2005) à Décoiffe (2012) et Pas trop catholique (2015), les noms de spectacles se sont raffinés d’une œuvre à l’autre, mais ce n’est pas la mi-quarantaine qui a assagi l’humoriste. Au contraire, Cathy paraît plus libre et authentique que jamais. Et ça fait du bien de se gaver de son style aucunement politiquement correct ou préformaté, qui se fiche des qu’en-dira-t-on.

Cathy Gauthier présente son spectacle Classique en tournée à travers la province. Pour toutes les dates, consultez son site Web.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet