Formation et emplois

Miracles pharmaceutiques

Commençons cet­te chronique en parlant de dysfonction érectile. Ces dernières années, beaucoup d’hommes victimes de ce problème ont pris l’habitude d’avoir recours aux produits pharmaceutiques (Viagra, Levitra, Cialis) pour en venir à bout. La majorité en retire des avantages probants et peut continuer à avoir une vie sexuelle satisfaisante.

Mais ces hommes se rendent-ils vraiment service? Bien sûr, ces comprimés leur procurent une érection, mais, ce faisant, ils incitent peut-être leurs utilisateurs à négliger de se demander pourquoi, à la base, ils souffrent de tels problèmes.

La dysfonction érectile peut en effet cacher des troubles vasculaires, du diabète ou un usage abusif de la cigarette. En recourant aux médicaments, on oublie d’aller plus loin et de traiter la véritable cause du problème. On laisse donc les vrais problèmes empirer. On s’attaque aux symptômes plutôt qu’aux causes.

Poser les bonnes questions

N’en va-t-il pas de même au boulot? J’ai rencontré ré­cemment un employeur qui se plaignait du peu de loyauté de ses em­ployés et du fait que ceux-ci partaient en quête d’un nouvel emploi  immédiatement après leur embau­che. Après examen, nous avons découvert qu’un de ses contremaîtres était à ce point irrespectueux qu’il provoquait le départ de toutes les recrues. À qui la faute? Aux nouveaux em­ployés qui quittent ou au patron qui s’entête à garder un contremaître incompétent?

D’autres se plaignent du manque de loyauté des clients sans se demander si la qualité de leurs produits ou de leurs services est en cause. Pourtant, à quoi bon tenter de conserver vos clients en offrant des Air Miles si votre produit est pourri? Vous agissez alors comme le restaurant qui sert une nourriture infecte et qui engage un band le week-end pour attirer les clients, étant donné que ceux-ci viennent de moins en moins…

Sur le plan de la carrière, certains employés vont se plaindre de leurs patrons ou de leurs collègues quand le vrai problème, c’est qu’ils n’exercent pas  la carrière qui les rendra heureux.

En vous attaquant aux symptômes plutôt qu’aux bobos, vous ne faites que reporter le problème tout en lui permettant de grandir. Vous vous fermez les yeux sur ce qui importe pour perdre votre énergie en cherchant des solutions qui ne règlent rien.

À quoi bon recourir aux médicaments s’il vous suffisait de cesser de fumer pour retrouver vos érections? À quoi bon vous investir dans la résolution de problèmes mineurs au travail si, pendant ce temps, vous refusez de vous attaquer à ce qui importe vraiment?

Articles récents du même sujet