Formation et emplois

Spécialistes en tôlerie de précision: des professionnels flexibles

De la carlingue d’un avion de ligne à la simple étagère d’épicerie, en passant par la boîte aux lettres et les appareils électroménagers, la tôlerie de précision sert à créer des objets qui font partie de notre quotidien. 

«La tôlerie de précision consiste à plier, à façonner des feuilles de métal pour en faire des objets utilitaires, explique Josée Péloquin, directrice de l’École des métiers de l’aérospatiale de Montréal. Nous formons nos étudiants pour l’industrie aéronautique, qui demande une extrême précision. Cette formation leur permet d’acquérir de la polyvalence, et ils peuvent travailler dans plusieurs secteurs industriels.» Cette institution est l’unique endroit sur l’île qui offre le DEP en tôlerie de précision.

Ne devient pas apprenti tôlier qui veut! «Un bon tôlier fait preuve de rigueur, de créativité et de coopération. Il est souvent appelé à collaborer avec des ingénieurs ainsi qu’avec des designers industriels. Il doit avoir également avoir une bonne dextérité et un talent certain pour les mathématiques», soutient Mme Péloquin.

Il va de soi que l’étudiant qui aimerait exercer ce métier doit être en excellente forme et se soucier de la santé et de la sécurité au travail. Les étudiants sont formés pour devenir des professionnels conscients des risques de leur métier.   

Devenir tôlier et apprendre le français
Le DEP en tôlerie de précision est également offert en concomitance avec un programme de francisation des immigrants. Cela permet aux néo-Québécois d’apprendre un métier demandé, tout en acquérant la maîtrise de la langue française. «C’est une formule gagnante. Ça permet à l’étudiant d’accéder rapidement au marché du travail et de s’intégrer à la société québécoise», affirme la directrice.

Beaucoup de femmes y sont inscrites :?12 sur 18 élèves cette année. «Normale­ment, c’est moins de 10 % de notre effectif qui est féminin, mais le DEP en tôlerie de précision-francisation est très populaire chez les immigrantes. Elles ont, pour la plupart, un bagage de connaissances techniques important», précise Mme Péloquin.  

Articles récents du même sujet