Formation et emplois

Agenda étudiant, édition 2009-2010

Qui dit rentrée dit réactivation des dossiers politiques pour la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Sur quels fronts
retrouverons-nous les étudiants en 2009-2010?

Le retour de vacances a été abrupt pour les deux fédérations, qui font entendre leur voix aux consultations publiques de deux projets de loi portant sur la gouvernance dans les institutions collégiales et universitaires.

Le projet de loi 44, pour les établissements collégiaux, ainsi que le projet de loi 38, pour les institutions universitaires, suscitent des réactions semblables chez les étudiants concernés.
La proposition gouvernementale de fixer à au moins 60 % la proportion des «membres indépendants» au con­seil d’administration des établissements d’enseignement est rejetée autant par la FEUQ que la FECQ.

«Les personnes les mieux placées pour administrer les universités efficacement et de manière indépendante sont celles qui y consacrent une partie significative de leur vie : étudiants, employés, professeurs et chargés de cours», peut-on lire dans le mémoire que la FEUQ présentera devant la Commission de l’éducation à la fin du mois.

Le nouveau Programme canadien de bourses aux étudiants, qui prendra le relais de la Fondation canadienne des bourses d’études du millénaire, figure également au haut de la liste des priorités des deux fédérations.

La dissolution de la Fondation, prévue pour 2010, laissera un manque à gagner de 80 M$ par an pour les étudiants québécois. Une somme qu’il faut absolument rapatrier au moyen du nouveau programme fédéral, s’entendent pour dire les porte-parole étudiants.

Enfin, la question des frais de scolarité reste toujours d’actualité. Le «dégel» sera maintenu jusqu’en 2012, rappelle Jean Grégoire, président de la FEUQ. «On effectue une veille active. Notre prévision est qu’il y aura un débat important à tenir d’ici 2012.»

Articles récents du même sujet