Formation et emplois

Les entrepreneurs immigrants, des joueurs actifs de l'économie québécoise

Selon l’Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada (2006), au cours des 10 prochaines années, 40 % des entreprises québécoises auront besoin de relève. Parallèlement, le Québec connaîtra un important déficit démographique en raison du vieillissement de sa population. «La communauté immigrante constitue un bon bassin pour répondre au défi entrepreneurial du Québec», avance Michel Fortin, directeur général du SAJE (Service d’aide aux jeunes entrepreneurs).

Près de 40 % de ces nouveaux arrivants, jeunes et dynamiques, possèdent un diplôme universitaire et ont le désir de se lancer en affaires, un désir souvent transmis d’une génération à l’autre. «Ce sont des acteurs sur lesquels on peut compter pour le développement futur.»

Des obstacles surmontables
L’intégration des entrepreneurs immigrants est double. Non seulement doivent-ils s’informer pour comprendre et s’approprier le marché québécois, mais ils doivent aussi maîtriser la langue d’affaires.

Chia-Yi Toung, présidente de l’agence de communication Orchimédia, encourage les immigrants à suivre une formation dès leur arrivée. «La langue, c’est la clé qui ouvre la porte vers n’importe quel succès. Sans elle, on ne peut pas réussir, même si on est passionné.»

La Taïwanaise d’origine insiste aussi sur la nécessité d’obtenir de l’aide. Elle reconnaît que, sans le SAJE, elle n’aurait pu monter, il y a six ans, une compagnie florissante qui compte au­jourd’hui parmi ses clients le Cirque du Soleil et Bombardier.

Malgré les obstacles, de plus en plus d’entreprises québécoises issues des communautés culturelles con­naissent du succès. Solo Fruit et Float4 ne sont que d’autres exemples, qui, comme Orchimédia, ont réussi à profiter de leur bagage culturel pour conquérir le marché québécois.

En quelques chiffres

  • 30 % des 1 200 entrepreneurs accompagnés annuellement par le SAJE sont des immigrants.
  • 20 % des entreprises de l’industrie du savoir appartiennent à de nouveaux arrivants.
  • Environ 70 % de la population immigrante du Québec a moins de 35 ans. Plus des trois quarts de ces immigrants résident dans la grande région de Montréal.

 

Articles récents du même sujet