Formation et emplois

Intégrez-les au sein de votre équipe!

Les gens sentent-ils qu’ils font partie de votre équipe? Vous devez éviter qu’une personne ait
l’impression d’être exclue.

Savez-vous quel était le pire châtiment quand les êtres hu­mains vi­vaient en tribus isolées? Le bannissement. La personne qui avait commis un crime irréparable se voyait chassée du clan. Fini la vie en groupe. Bonjour l’adversité.

Pourquoi était-ce si terrible? Parce que la personne chassée se retrouvait seule face à la nature. Elle était privée des ressources des siens et elle ne pouvait plus s’identifier à un groupe. Aimeriez-vous vivre une telle déchéance? C’est pourtant ce que vous faites subir à vos collègues quand vous les ignorez ou quand vous leur faites sentir qu’ils ne font pas partie de votre groupe, qu’ils sont des étrangers et que vous préféreriez qu’ils travaillent ailleurs.

Ce faisant, vous vous privez de leurs talents (pourquoi ces personnes se défonceraient-elles au travail quand elles ne se sentent pas appréciées?) et, dans un monde de plus en plus global, vous nuisez aux chances d’adaptation de votre organisation. Qui vous dit que cette personne que vous ignorez actuellement n’a pas les compétences nécessaires pour régler vos préoccupations actuelles? Il est temps de le découvrir!

Comment y arriver? Commencez en appliquant les quelques conseils suivants. Premièrement, ne permettez pas qu’une personne soit exclue de votre groupe. Invitez-la à se joindre à vous pour le lunch ou assoyez-vous avec elle pendant la pause. Mieux encore, invitez-la à se joindre à votre groupe et faites les présentations. Posez les questions nécessaires pour qu’elle puisse se mettre en valeur.

Deuxièmement, faites passer le message. Vos collègues doivent également s’ouvrir aux autres et éviter qu’une personne se sente exclue. Troisièmement, si vous siégez au sein d’un comité et que vous pensez qu’une personne généralement exclue pourrait vous aider à y voir plus clair, suggérez qu’elle soit invitée à faire partie de l’équipe. Vous ne tarderez pas à découvrir ce qu’un coup d’Å“il externe peut ajouter à votre capacité de prendre de meilleures décisions.

Quatrièmement, invitez même les personnes avec qui vous avez eu des altercations par le passé. Qui sait si des objectifs communs ne sauront pas vous rapprocher… Finalement, modifiez votre vocabulaire. Évitez de parler au vous et au je. Parlez au nous. C’est par votre vocabulaire que vous pouvez le plus communiquer à l’autre que vous faites partie du même groupe, que vous êtes dans le même bateau.

Ne vous privez pas de l’apport des autres sous prétexte qu’ils ne vous ressemblent pas. Apprenez à les apprécier. Découvrez leurs talents particuliers. Vous ne vous tromperez jamais en misant sur la diversité.

Alain Samson est l’auteur du livre Faites votre chance.

Articles récents du même sujet