Formation et emplois

Devenir le maître des réseaux sociaux

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises, petites ou grandes, recrutent des community managers (ou gestionnaires de communauté, d’après un nom tout récemment francisé) afin d’être à l’écoute des bruits qui circulent à leur sujet sur le web.

Comme Kim Auclair, gestionnaire et fondatrice de plusieurs communautés, dont MacQuébec et Mapple Pro, ces nouveaux professionnels du web sont partout : ils accueillent et conseillent les nouveaux membres, font suivre des renseignements, rédigent des lettres d’information, créent des concours, twittent…

L’un de secrets du gestionnaire de communauté est justement de savoir choisir les outils qui lui seront les plus utiles pour servir sa marque. En plus de bien connaître les objectifs de son entreprise, il doit faire vivre sa communauté en postant régulièrement de nouvelles informations.

Au service d’une passion
Les gestionnaires de communauté ont le choix de travailler à leur compte ou d’être employés au sein d’une entreprise. Toujours en état de veille sur les réseaux sociaux, ils n’ont pas vraiment d’horaire fixe : «On travaille souvent pour une communauté qui se situe dans un domaine qui nous passionne. On ne voit pas le temps passer», résume Mme Auclair.

Pour un peu que l’on possède des compétences convexes en gestion de projet web, création de site internet ou même dépannage informatique, le travail ne manque pas. «Le nombre d’offres d’emploi est certainement aussi élevé que le nombre de personnes qui veulent travailler dans ce domaine», estime Kim Au­clair.

Pour autant, aucune offre de formation spécifique n’a encore vu le jour. La plupart des recruteurs demandent un bac en marketing, en relations publiques, en communication, en gestion ainsi que des qualités telles qu’un bon sens de l’organisation, des aptitudes relationnelles, une bonne connaissance du web.

Pour Kim Auclair, détentrice d’un DEC en infographie, l’essentiel reste de développer au plus vite sa propre expérience. « Il faut se faire la main en créant des blogues et en bâtissant une communauté autour de ses passions, et regarder ce que les autres font», estime-t-elle.

Articles récents du même sujet