Formation et emplois

Les salariés manquent encore de réserves

Un sondage national réalisé auprès des travailleurs canadiens révèle que les employés continuent de vivre d’un chèque de paie à l’autre et qu’ils sont préoccupés par l’effet des taux d’intérêt et de l’économie sur leurs finances personnelles et leur retraite.

Selon le deuxième sondage annuel de la Semaine nationale de la paie réalisé auprès des travailleurs par l’Association canadienne de la paie (ACP), la majorité des travailleurs, 59 % des Canadiens (même pourcentage que l’année dernière) affirment qu’ils connaîtraient des difficultés financières si leur chèque de paie leur était remis une seule semaine plus tard.

Les jeunes travailleurs ont plus de difficulté à s’acquitter de leurs obligations financières, 65 % des travailleurs âgés de 18 à 34 ans affirmant que la situation serait très difficile, difficile, ou plus ou moins difficile s’il leur manquait même un seul chèque de paie. Par ménage, la situation est plus précaire pour les familles monoparentales, 76 % d’entre elles affirmant qu’elles auraient de la difficulté à s’acquitter de leurs obligations financières si leur paie était en retard.

En chiffres
Le sondage annuel de la Semaine nationale de la paie révèle que :

  • 62 % des répondants ont indiqué s’attendre à rece­voir une augmentation de salaire au cours des 12 mois à venir, mais 83 % s’attendent aussi à une augmentation du coût de la vie.
  • 47 % n’économisent que 5 % de leur revenu net ou moins. Les experts en planification financière recommandent un taux d’économie en vue de la retraite d’environ 10 %.
  • 69 % affirment qu’ils auraient de la difficulté à trouver un travailau même salaire s’ils perdaient leur emploi.
  • 24 % sont satisfaits du bulletin de paie électronique qu’ils reçoi­vent.
  • 72 % des jeunes de 18 à 34 ans recherchent un meilleur salaire, alors que 40 % des bébé-boumeurs optent pour les avantages touchant la retraite.

Articles récents du même sujet