Inspiration

Dévisser ou déboucher son vin?

vin bouchon liège
Corkscrew and bottle of wine on the board Photo: iStock

Lors de vos récents passages à la Société des alcools du Québec (SAQ), peut-être avez-vous remarqué que de plus en plus de bouteilles sont scellées par une capsule à vis plutôt qu’un bouchon de liège. Malgré tout, il n’y a toujours pas de consensus sur la meilleure option pour profiter au max de son verre de rouge. 

Il y a 30 ans, les bouteilles de vin à capsule à vis avaient la réputation de contenir du jus de moins bonne qualité. Une conception qui prévaut auprès des buveurs plus traditionnels. Pas étonnant, sachant que nombre de bouteilles de vin d’épicerie de piètre qualité ont des capsules à vis.  

Les choses changent, cependant. La grande majorité des bouteilles vins de qualité d’Australie et de Nouvelle-Zélande sont couvertes d’une capsule à vis. On commence à observer un changement majeur chez les producteurs de vins français et italiens. 

Des pays comme l’Espagne et le Portugal, le plus grand producteur de liège, sont moins pressés par contre.  

La capsule à vis, l’idéal? 

Selon le sommelier Nick Hamilton, fondateur de l’agence Les conseillers du vin, les bouteilles couronnées d’une capsule métallique peuvent renfermer d’aussi bons vins que celles garnies de liège. 

«Il n’y a aucun doute pour moi que la capsule à vis est le bouchon idéal et qu’il va y en avoir de plus en plus. Il y a l’attrait de la facilité pour le consommateur, qui n’a plus besoin de tire-bouchon. C’est idéal pour le camping, les pique-niques, etc.», dit-il.  

Autre raison de faire la transition: le bouchon de liège peut parfois teinter le vin et ainsi le rendre «bouchonné». Nick Hamilton explique que la capsule à vis permet d’éviter ce problème.  

Le liège, une option plus écolo? 

Si M. Hamilton prend parti pour le bouchon vissé, la réputée sommelière Michelle Bouffard, elle, défend le bouchon de liège, non pas par tradition, mais pour des raisons écologiques. 

Le liège compte de nombreux bienfaits environnementaux, notamment en raison de sa capacité à capter le carbone. 

Michelle Bouffard explique que selon Amorim, une entreprise écolo de production de liège, les forêts de chêne-liège retiennent plus de 14 millions de tonnes de CO2. Chaque tonne de liège produite absorberait 73 tonnes de CO2. Le bouchon d’une bouteille de champagne pourrait à lui seul retenir 592 grammes. Un chêne peut vivre 200 ans. La première récolte a lieu lorsque l’arbre a 25 ans. À chaque récolte de liège, l’arbre multiplie par cinq sa capacité à capter le CO2.  

De plus, le liège est recyclable et biodégradable, et peut être réutilisé pour fabriquer d’autres produits tels que des chaussures, des sols et des sacs. Suffit de l’acheminer au bon endroit.  

Bouchonné ou oxydé  

Pour ce qui est du problème des bouteilles de vin teintées par le liège, la sommelière indique que la technologie à cet égard s’est récemment améliorée au point que le pourcentage de bouteilles de vin bouchonnées est aujourd’hui plutôt limité.  

Elle estime aussi que les bouteilles à capuchon métallique peuvent de leur côté être oxydées si la capsule est bossée, un problème aussi commun, selon elle, que les bouteilles bouchonnées.  

Nick Hamilton ne partage pas ce point de vue, disant avoir récemment retourné deux bouteilles bouchonnées et ne voir que très rarement des capsules bossées. 

Le débat n’est donc pas terminé. Le consommateur recherchant la facilité peut privilégier la capsule à vis tandis que le plus écolo, lui, devra conserver le bouchon de liège. 

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet